Alice de Poncheville·Romans jeunesse

Calamity Jane avait deux filles

Une mère partie sans laisser de traces, un père qui ne montre pas ses émotions et des fins de mois difficiles. Rose et Elisa vivent seules avec Eric, un homme brisé qui n’a pas su se remettre de l’absence de sa femme. Rose a envie de tomber amoureuse. Elle veut que son destin soit confié à un autre. Elisa, elle, ne peut pas s’inscrire aux cours de boxe mais observe Gustave s’entraîner derrière la fenêtre du vestiaire. Eric, quant à lui, va à son travail tous les jours, tient son kiosque à journaux et attend une femme, celle avec cette démarche et ces cheveux… Chacune de leur côté, ses filles vont faire la connaissance de personnes qui vont changer leur vie, leur permettre de rêver. Petit à petit, elles vont se projeter dans un ailleurs possible jusqu’à ce qu’un autre drame vienne aggraver leur situation matérielle déjà peu glorieuse. Au bord de faire un trait sur un avenir ensoleillé, Elisa et Rose tiendront bon, s’accrocheront au petit bout de vie qu’il leur reste jusqu’à ce que le passé leur tourne complètement le dos. Le mystère qui entoure leur séparation d’avec leur mère jouera ce morceau de ciel auquel se rattraper, un rôle aussi terrible que capital.

L’injustice et le désordre ouvrent ce roman, lui donnent un visage triste, abîmé non pas par le temps mais par les blessures, lui tordent le nez et les lèvres, le crispe jusqu’à une totale immobilité. Une paralysie à laquelle les deux héroïnes vont résister. Braves et rationnelles, elles vont utiliser tout ce qu’elles possèdent, c’est à dire très peu, pour se sortir de l’enfer dans lequel on les a mises. En plein essor de maturité, elles doivent confier leur décisions à la vérité, rêver mais avec précautions jusqu’à leur épanouissement complètement incertain. D’une plume à la fois douce et effrayante, Alice de Poncheville livre une fiction pleine de douleur et de chaleur. Deux sentiments extrêmes dont la collision sera synonyme de courage puis de renaissance. Le lecteur assiste ici au combat de deux sœurs unies par bien plus que les liens du sang. Mais il voit aussi se déployer un discours qui en dit énormément sur beaucoup de réalités, contemple un texte qui ne jamais dans la gratuité et qui l’obligera à ouvrir les yeux et à positiver.

Présentation de l’éditeur :
Ils sont trois. Trois êtres pris dans la tourmente de la vie et partageant le même secret, la même blessure encore vive. Timide et solitaire, Elisa n’a pas d’amis mais elle déborde d’énergie et a décidé de s’en faire coûte que coûte. Rose, sa grande sœur, épie chaque jour un jeune homme inconnu et bouillonne de sentiments violents qui la dépassent. Eric, leur père, un homme tranquille et résigné en apparence, guette une mystérieuse femme en vert. Il semble que quelque chose soit sur le point d’arriver. Et si cet événement attendu et espéré survenait, si la vie d’Elisa, de Rose et d’Eric en était bouleversée, seraient-ils capables de prendre une nouvelle route et de la suivre jusqu’au bout ?

Du même auteur :

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Calamity Jane avait deux filles »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s