Le joueur de cartes

Quand un bateau sans équipage accoste dans le port de Leith, la curieuse Sophie Mc Laughlin voit une nouvelle aventure s’ouvrir à elle. Elle apprend qu’une mystérieuse machine a été trouvée à bord, et n’a qu’une envie, dérober la clé de cette bête qui, selon les dire du capitaine Fletcher, porte malheur, et aller l’examiner elle même. Après avoir trompé Arthur Conan Doyle et déjoué les plans de son père, elle rencontre enfin Mister Doodle, le joueur de cartes. Sophie fait alors la connaissance d’un être terrible, et pénètre dans un monde aussi intrigant et étrange que vil. Saura-t-elle et, surtout, pourra-t-elle rentrer chez elle ?

Si Le joueur de cartes commence comme une enquête de Sherlock Holmes mais desservie par son auteur Arthur Conan Doyle en personne, Daniel Henocq en fait rapidement une toute autre aventure digne de celle d’Alice in Wonderland. L’ouvrage prend donc un tournant déroutant à un moment tout aussi inattendu. A partir de là, le lecteur a seulement besoin de se laisser porter par un monde extraordinaire… de machiavélisme. D’étape en étape, de personnages farfelus en personnages perfides, de personnages plus généreux en personnages irritants et dangereux, Sophie apprendra comme sa curiosité, peut la mener à sa perte. Elle comprendra enfin combien tout ce qu’elle a, combien tout ceux qui l’entourent comptent pour elle. La leçon de morale est périlleuse mais son aventure est un rendez-vous génial, plein de surprises et de suspense.

Présentation de l’éditeur :
Edimbourg, hiver 1899. L’un des plus rigoureux hiver que la capitale écossaise ait connu depuis longtemps. Un navire de commerce, un mystérieux brick vient de mouiller l’ancre en plein milieu du port de Leith. Fait étrange, aucun membre d’équipage ne participe à la manœuvre. Arthur Conan Doyle, auteur du célèbre Sherlock Holmes, est dépêché à bord par l’amirauté en tant que médecin et expert en maladie infectieuse. Une fois sur le navire, ce qu’il découvre dépasse son entendement. Allongé sur sa couchette, au seuil de la mort, le capitaine Artimus Fletcher lui confie un terrible secret. A aucun moment il ne devra ôter la bâche qui recouvre l’objet entreposé dans les cales, et en aucun cas tourner la clé qui met en route cette mécanique. Contre l’avis du docteur, l’encombrant paquet est transféré dans une annexe du musée d’Edimbourg. Pour Sophie McLaughlin, fille du conservateur, c’est l’occasion rêvée pour mettre un terme à la longue monotonie des jours d’hiver. Mais sera-t-elle prête à plonger dans un univers où l’imaginaire règne en maître ? Un roman de Fantasy qui mêle l’extravagance d’une Alice aux pays des merveilles aux surprenantes rencontres d’un Magicien d’Oz.


Une réflexion sur “Le joueur de cartes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s