Délinquante

Edna vole. Elle rapporte à ses amis des objets chers, très chers et en retire une certaine fierté. C’est plus fort qu’elle, elle ne peut pas s’en empêcher. C’est grisant, tellement enivrant. A travers cette cleptomanie, elle existe. Et puis, il y a cette belle-mère avec qui elle est en conflit et ce photographe pour lequel elle pose à moitié nue aussi…

Mini-roman des éditions Sarbacane, Délinquante est le récit d’une adolescente mal dans sa peau. En quête de reconnaissance quand le lecteur la rencontre, Edna craint, comme toutes les jeunes filles de son âge, de déplaire, de décevoir. Sur sa route des émotions, elle découvre aussi les sensations amoureuses auprès de Gustave. Le texte est nerveux, poignant. C’est un condensé de sentiments tantôt exaltants, tantôt douloureux. C’est une performance acérée que Martine Pouchain réussit dans un roman d’une soixantaine de petites pages.

Présentation de l’éditeur :
Edna a trouvé comment, un, s’offrir des giclées d’adrénaline puissantes comme des shoots, deux, s’assurer l’admiration de ses potes : elle vole. Tout et n’importe quoi, mais surtout, du technologique et cher. Accro au risque, elle franchit la ligne quand sa rencontre avec un jeune photographe aux yeux « bleu à vous poursuivre dans la tombe » vire à la déception.


Une réflexion sur “Délinquante

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s