Annie Pietri·Romans jeunesse

Carla aux mains d’or

Carla habite Venise avec sa grand mère. Un jour, cette dernière lui annonce qu’elle doit se rendre à Paris pour tenter de sauver sa nièce Battistina qui est très malade. En effet, la jeune femme est adepte des simples et surtout héritière du don des Fiorentino. Malheureusement, Carla arrive trop tard. Elle se met alors au service de Anne-Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier en tant que couturière car elle excelle aussi dans cet art. Grâce à cette nouvelle vie, Carla fait la connaissance de Petit Louis, qui lui en apprend beaucoup sur la Grande Mademoiselle, d’Adrien de Champagne et de Colomba, une petite fille dont les jours sont comptés, à moins qu’elle seule ne s’occupe d’elle…

La duchesse de Montpensier était la cousine germaine de Louis XIV qu’elle faillit d’ailleurs épouser. Alors qu’elle était amoureuse du duc de Lauzun, le roi leur a interdit de se marier et a fait enfermer cet homme. La duchesse n’a réussi à le faire libérer qu’en offrant plusieurs de ses terres au duc du Maine, le fils légitime du Roi Soleil. Mais finalement, elle fut peu heureuse en amour. L’histoire de Carla la mène auprès de cette femme alors que celui qu’elle aime est encore en prison. Rapidement, la duchesse comprend le don qu’à Carla pour soigner les gens. Toutes les deux, complices, elles vont s’opposer aux médecins de leur temps et à leurs traitements comme, par exemple, la saignée. Carla se lance à corps perdu sur la route de ce que le dix-septième siècle appelait la «sorcellerie». Au risque d’être accusée injustement, elle se dévoue à la guérison de Colomba. Ses bonnes intentions sont perturbées par des trahisons, des complots, une histoire d’amour et aussi par l’entêtement du roi qu’ Anne-Marie Louise ne cesse de vouloir briser. La cour ouvre là ses bras à un personnage doux et courageux, à un être curieux et beau qui donne un merveilleux souffle à cet ouvrage riche en Histoire et en aventures.

Présentation de l’éditeur :
Mars 1681. Carla a dix-sept ans. Elle doit quitter Venise, sa ville, pour Versailles et la cour du Roi Soleil. Grâce à sa chère grand-mère, Carla connaît la médecine des plantes, et elle a aussi hérité d’un don extraordinaire, qu’elle doit garder secret… À Versailles, elle entre au service de la Grande Mademoiselle. Cette duchesse apprécie beaucoup sa nouvelle couturière, mais elle ne tarde pas à s’apercevoir que la jeune fille possède bien plus que des doigts de fée… elle a des mains d’or.

Challenge Annie Pietri

Publicités

4 réflexions au sujet de « Carla aux mains d’or »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s