Nouvelles·Thématique Sherlock Holmes

Le mystère du Val Boscombe

Le mystère du Val Boscombe est un recueil de deux nouvelles qui contient aussi La société protectrice des rouquins. Ces deux histoires qui mettent en scène le personnage de Sherlock Holmes  ont été écrites en g. Tout d’abord publiées dans le Strand Magazine, elles ont ensuite fait partie de l’ouvrage Les aventures de Sherlock Holmes. L’édition du Livre de poche (collection Les classiques d’aujourd’hui) propose aussi les illustrations de Sidney Paget. Ce dernier a donné un visage à Sherlock, Watson, Moriarty et les autres. Avoir accès à ses œuvres pendant la lecture permet de s’immerger définitivement dans l’univers qu’Arthur Conan Doyle a créé pour son héros détective et ses comparses. Cette édition contient aussi une jolie préface et, très régulièrement, des notes de bas de page. La porte du 221B Baker Street est poussée, il n’y a plus qu’à entrer.

La première nouvelle à se dévoiler est La société protectrice des rouquins (The read-headed league). Dans cette histoire, un homme – un prêteur sur gages – demande l’aide de Sherlock Holmes après avoir travaillé pendant plusieurs semaines pour une mystérieuse organisation qui a disparu sans laisser de trace. Le « travail » de cet employé consistait à recopier l’Encyclopédie Britannique entre 10 heures et 14 heures très précisément. Les histoires qui paraissent les plus complexes ne sont pas les plus difficiles à résoudre, Sherlock l’explique lui-même. Il le démontre avec brio dans ce récit bien curieux. Sherlock a donc besoin d’une enquête qui semble trop simple au départ pour exercer ses vrais talents. C’est dans Le mystère du Val Boscombe (The Boscombe Valley Mystery) qu’il peut les mettre en avant et vraiment exceller dans son art pour le plus grand plaisir du lecteur qui jamais ne se lasse de se faire conter les indices, les déductions et les révélations avec autant de fougue et d’éloquence. Un délicieux choix de textes !

Présentation de l’éditeur :
Une énigme sans crime ? Dans la Londres victorienne, entre la toute-puissante City et une boutique minable, pourquoi une petite annonce jette-t-elle autant de rouquins dans la rue ? Sherlock Holmes part écouter Wagner pour y réfléchir. Un crime sans énigme ? Dans la campagne anglaise, un policier sûr de lui a déjà mis sous les verrous le coupable évident. Le mystère du Val Boscombe est-il déjà résolu ? Sherlock Holmes fume sa pipe sur le canapé de l’hôtel pour y réfléchir. Que préfère Watson ? Nous raconter ces deux histoires.

Sherlock Holmes sur ce blog

Une réflexion au sujet de « Le mystère du Val Boscombe »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s