Partenariats Flammarion/Casterman·Romans jeunesse

La maison des Quatre-Vents

La France est occupée. Michel vit avec sa mère, son petit frère, Fanfan, et sa sœur, Norette. Leur papa est prisonnier en Allemagne et les nouvelles sont rares. En attendant la fin de cette guerre, si jamais elle se termine un jour, la famille Sellier doit survivre à un quotidien difficile, menaçant. Mais dans la maison des Quatre-Vents il y a aussi Solange, une enfant qui n’attend qu’une chose : des nouvelles de son frère Alain. Il y a également Monsieur Jean et la famille Moscowitz devenue aux yeux de tous la famille Moscot. Leur fils Georges est le meilleur ami de Michel. Tous, se soutiennent et s’entraident jour après jour même s’il faut malheureusement aussi compter sur couple de collaborateurs, Monsieur et Madame Gourre, et leurs deux enfants pour rendre leur situation encore plus délicate et dangereuse.

La maison des Quatre-Vents est un roman de Colette Vivier qui a été publié pour la première fois en 1945. L’auteur y raconte comment les gens, et surtout les enfants, vivaient pendant l’occupation allemande. C’est pour cela que le lecteur suit Michel lorsqu’il fait la queue avec un ticket de rationnement pour rapporter du lait à la maison, qu’il le voit être interrogé par la police allemande puis mis devant un mur, armes braquées sur lui, ou qu’au moment où les sirènes se mettent à hurler, il faut descendre se cacher à la cave et attendre. Michel et ses compagnons sont des guides très attachants, touchants. Il faut les quitter au moment de la libération, quand leur vie va changer encore une fois et qu’il faut les abandonner à ce nouveau chapitre qui leur appartient. Leur récit est fluide, intrigant, les situations sont crédibles. Voilà une œuvre indispensable, un des ouvrages de l’écrivain qui a réussi à « moderniser le roman pour la jeunesse ».

Présentation de l’éditeur :
Mais oui, la guerre va finir. Vous verrez, nous fêterons le prochain Noël tous ensemble. Oh! Nous mettrons les petits plats dans les grands ce jour-là ! Dans la maison des Quatre- Vents, l’occupation allemande se vit au jour le jour. La radio anglaise et les tickets de rationnement; les voisins que l’on regarde de travers parce qu’ils profitent de la situation pour s’enrichir et ceux que l’on aide car on les sait menacés. Papa, prisonnier en Allemagne, dont on attend les rares lettres avec impatience et ces rumeurs de débarquement qui bercent toute la maisonnée d’espoir

Casterman

Groupe Flammarion

3 réflexions au sujet de « La maison des Quatre-Vents »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s