La fille seule dans le vestiaire des garçons

La fille seule dans le vestiaire des garçons est un roman de la collection « Émotions » aux éditions Flammarion. Après l’amour, la colère et la passion, c’est au tour de la rage d’habiter un récit, celui de Hubert Ben Kemoun, auteur d’Arlequin ou les oreilles de Venise, Seuls en enfer ou de Tatoueur de ciel parmi beaucoup d’autres productions pour la jeunesse. Son héroïne, Marion vit avec sa maman et son petit frère, Barnabé. Tous les trois ont été abandonnés par le père de famille qui, de plus, avait eu le temps de les faire rêver à une autre vie excitante en Argentine. Depuis cet événement, Marion, comme sa mère qui collectionne les conquêtes, a peur des hommes, surtout des garçons qui l’entourent au collège. Incapable d’avoir confiance en eux elle ne peut pas non plus se retenir de répondre à leurs provocations comme si cela pouvait la soulager de la douleur qui la ronge. C’est ainsi qu’elle se retrouve à frapper Enzo devant tout le monde à la sortie des cours, comme ça qu’il lui tend un piège odieux et pour cela qu’elle décide de se venger de lui et de ses amis, tous des aspics. Mais la loi du talion est un cercle vicieux qui n’apaise aucune fureur et qui ne peut être que dangereux. Marion connaîtra la frayeur qui en découle, leçon dont savoir si elle est méritée ou non ne semble pas être le but de cet ouvrage.

En effet, le roman, dont la gravité des évènements et les émotions vont crescendo et frappent vraiment très fort pour, heureusement, exploser en un nouvel équilibre radieux, pose plutôt le problème de l’absence de communication ou de partage entre les membres d’une famille et des secrets que gardent les enceintes des écoles. Sortir de l’enfance, devenir adulte, grandir parfois un peu trop vite à cause des coups de la vie, rien de cela n’est facile. Au collège ou au lycée, les moqueries, les complots atteignent encore plus brutalement dans une société qui a adopté sans barrière aucune les téléphones portables et les réseaux sociaux qui ne permettent pas de vrais échanges ici. Sauf que certains actes sont destructeurs et, cela, de toutes les façons qui soient. Marion, elle, a perdu la raison, a failli ne plus se reconnaître. Et si d’autres n’avaient pas prêté attention à elle ? Si d’autres n’avaient pas compris qu’au moindre doute il faut agir en toutes circonstances ? Un texte nécessairement violent, absolument happant dont il faut retenir beaucoup.

La fille seule dans le vestaire des garçons

Présentation de l’éditeur :
Tout commence par un baiser, comme une chance, une promesse pour Marion. Une aubaine pour une jeune fille toujours si maladroite avec les garçons. Mais ce baiser va faire de sa vie un enfer. Peu à peu, la honte laisse toute la place à la rage, et Marion prépare sa vengeance. Sans réfléchir aux conséquences de ses actes…

Groupe Flammarion


19 réflexions sur “La fille seule dans le vestiaire des garçons

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s