Partenariats Hachette·Romans jeunesse

Sous le signe du scorpion

Les Courses du Scorpion se déroulent tous les ans au mois de Novembre. Les montures sont des créatures venues de la mer, des chevaux tueurs qui laissent toujours des victimes animales ou humaines derrière eux. Le père de Sean Kendrick et les parents de Puck en font partie et cela fait des années que les enfants subviennent comme ils le peuvent à leurs besoins sur l’île de Thisby qui connaît autant la générosité que la méchanceté pure et les menaces.

Jamais une fille n’a participé aux courses, encore moins sur un cheval tout ce qu’il y a de plus normal. Puck va traverser toutes les épreuves et les moqueries qu’il faudra pour être sur la ligne de départ et, elle l’espère bien, première à l’arrivée. Si elle gagne, elle et ses frères pourront garder la maison de leurs parents. Mais si Sean gagne, comme tous les ans, il pourra enfin acheter Corr, l’étalon cannibale qu’il a élevé, entraîné et avec lequel il entretient une étonnante et émouvante complicité.

Sous le signe du Scorpion a remporté le Grand Prix de l’Imaginaire en 2013. C’est en effet un ouvrage dans lequel prennent vie des créatures légendaires et qu’il est difficile de situer dans le temps. Cette atmosphère fantastique apporte et mêle la fascination, l’excitation, la violence et parfois l’écœurement. Elle rend plus attrayante le vrai propos du récit qui réside dans les combats que doivent mener les personnages contre la pauvreté, la discrimination, la solitude ou le deuil, dans les dilemmes qu’ils rencontrent. Des luttes universelles qui sont toujours remportées par l’attention, la persévérance, la confiance et l’amour. En ce, le roman de Maggie Stiefvater est surtout une grande aventure humaine avec des créatures mythiques ou non mais qui sont à chaque fois la représentation de l’existence elle-même. Cette dernière qu’il faut dompter ou stimuler et toujours respecter pour qu’elle offre ce qu’elle a de plus beau. Au milieu de tout cela, seules quelques longueurs peuvent rendre frustrante la lecture de ce texte, il faut le préciser, très poétique.

Sous le signe du scorpion
Présentation de l’éditeur :
Chaque année, au mois de novembre, se déroulent les Courses du Scorpion. Les cavaliers doivent tenir le plus longtemps possible sur leurs dangereuses montures, des étalons de mer cannibales. Cette année, Sean Kendrick, dix-neuf ans, tente de nouveau sa chance, bien décidé à arriver premier. Puck Connolly, quant à elle, n’aurait jamais imaginé participer un jour à la course. Mais le sort en a décidé autrement.

Lecture Academy

Publicités

6 réflexions au sujet de « Sous le signe du scorpion »

    1. C’est pour ça que j’ai été frustrée. J’avais vraiment envie de savoir ce qui allait se passer et certains moments – sans qu’ils m’ennuient – ont parfois entaché mon entrain 🙂
      P.S : la version poche est vraiment écrite trop petite…

      J'aime

  1. Oh oui, je confirme pour la version poche que j’ai feuilleté samedi. Pour une fois, je suis contente d’avoir le grand format. Il faut que je trouve le temps de le lire. C’est un roman qui m’intrigue beaucoup.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s