Angel, L’indien blanc

Merci aux
éditions Casterman!

Française kidnappée par des indiens, la mère d’Angel fut mariée à l’un d’entre eux. Quand quelques années plus tard, quand leur tribu fut massacrée, le garçon fut vendu comme esclave à un homme qui, pour amuser la galerie, prenait grand plaisir à le lancer à l’eau alors qu’il ne savait pas nager. Mais ces sauts lui valurent d’apprendre. Un jour, il put se faufiler à bord du Neptune, un navire se dirigeant vers le Grand Sud « loin des routes marchandes, vers les glaces et l’inconnu ». Là, un très long voyage a commencé.

Voyage pendant lequel le Neptune traversa un passage dangereux et mystérieux qui mena à la découverte d’un peuple donc chaque homme ou femme a deux bouches. Gardés comme « otages », Angel et Corvadoro (un des savants à bord du Neptune) apprennent à vivre avec ces étranges personnes, méritent leur place parmi eux, apprennent à chasser les-gens-de-l’eau avec eux et traversent un terrible hiver à leurs côtés. Ces êtres sont très liés à la nature et respectent un grand nombre de rites. Il arrive à Angel de se dire qu’il aimerait peut être rester dans cet endroit.

Le récit d’Angel, l’indien blanc est divisé en deux points de vue. Celui d’Angel lui-même et celui de l’équipage reparti de ce lieu mystérieux qui doit lui aussi affronter le froid, la faim et la mort mais qui jamais ne reverra les terres sur lesquelles il a laissé deux de ses membres. Cela, est-ce un mélange de la volonté et du pouvoir des hommes à deux voix ? Est-ce une leçon à retenir de vouloir conquérir la terre tout entière ? Une punition en avance pour les révélations qui pourraient être faîtes sur leur existence ? Nul ne le saura jamais. Ce respect, cette discrétion à offrir à chaque civilisation, ethnie ou société, François Place les déjà enseignés aussi magnifiquement que tristement dans Les derniers géants. Cet égard envers toutes les merveilles que peut contenir le monde est vénérable.

L’intrigue de ce roman fantastique se déroule au XVIIIème siècle, à l’heure ou les expéditions et leurs récits, sources de fantasmes, alimentent légendes et croyances. L’auteur du Secret d’Orbae emmènent de nouveau son lecteur, angoissé et émerveillé, aux frontières du réel et de l’imaginaire du bout de son absorbante et poétique plume.

Angel l'indien blanc

Présentation de l’éditeur :
Métis, Angel est un « indien blanc » maltraité par l’existence, qui a survécu par miracle aux brutalités de l’esclavage. Aussi lorsque le Neptune, un navire venu de France en partance pour les glaces du Grand Sud, relâche quelques jours dans la baie de Buenos Aires, Angel n’hésite-t-il pas : il s’y embarque clandestinement juste avant qu’il n’appareille, certain que sa future vie à bord, quelle qu’elle soit, ne saurait être pire que ce qu’il a enduré. Ainsi commence une extraordinaire séquence d’aventures qui amènera le jeune homme et ses compagnons au contact d’une Terre Australe à la fois inquiétante et fabuleuse.

Casterman01

***

Du même auteur :

La douane volante
Grand ours
Le secret d'Orbae

Les derniers géants Album anniversaire


5 réflexions sur “Angel, L’indien blanc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s