Le dernier songe de Lord Scriven

La carrière de Christopher Carandini vient d’être réduite à néant. Il enquêtait en effet sur les agissements peu scrupuleux d’un industriel bien plus fort que lui qui a réussi à l’empêcher d’exercer son métier. Le journaliste dort même désormais dans la rue. Sur le banc qui l’accueille, il y a un exemplaire du Times. Une des annonces attire son attention : Gentleman chercher secrétaire particulier pour surveiller son sommeil. Se présenter au 30 Portobello Road et demander une théière. Plus qu’intrigué par cette offre d’emploi, Christopher se rend à l’adresse indiquée. Il y fait la connaissance d’un détective pas comme les autres.

Aussi surprenant que cela puisse être, quand M. Banerjee a réunit assez d’indices pour ses investigations, il ressent un picotement dans le cou. C’est le signal. Il doit dormir pendant 26 minutes. Pas plus, il risquerait de ne jamais revenir… Pendant ce temps, il rêve, reçoit un contenu ultra symbolique de la part de ses songes qui lui permet de résoudre les énigmes que ses clients lui ont présentées dès son réveil. Pourquoi a-t-il besoin de Christopher ? Pour qu’il surveille les aiguilles de sa montre, qu’il communique avec lui pendant son sommeil, pour qu’il lui chante des vers qui le plongent dans sa sieste très spéciale et le font en sortir. Un jour, alors qu’une vraie collaboration s’est installée entre eux, M. Banerjee et Christopher reçoivent une surprenante visite. Celle de Lord Scriven qui, en dépit du fait d’être mort, a apparemment trouvé un moyen de communiquer avec eux pour leur demander d’enquêter sur son meurtre. Car même si l’homme richissime se trouvait dans une pièce fermée à clé lorsqu’il est décédé, il est certain d’avoir été assassiné.

Une visite dans la maison familiale, des interrogatoires, des examens minutieux d’objets, le passé qui rattrape Christopher, des secrets révélés, une filature et des rêves que M. Banerjee doit faire peu importe où il se trouve rythment Le dernier songe de Lord Scriven, un roman à la fois inspiré et original. Eric Senabre rend ici hommage à Sir Arthur Conan Doyle, Charles Dickens, Wilkie Collins et à d’autres grands écrivains qu’il admire profondément tout en tissant son propre bout de toile. Il propose un ouvrage policier fantastique plein de références, de suspense, d’émotion et d’humour. Le lecteur n’apprend qu’à la toute fin qu’il était en fait plongé dans les premières aventures des deux héros et que bien d’autres péripéties les attendent. Cette nouvelle procure le même effet que la résurrection de Sherlock Holmes ! Parce que c’est franchement fin et jubilatoire.

Le dernier songe de Lord Scriven

Présentation de l’éditeur :
En se rendant à Portobello Road, le jeune Christopher ne s’attendait pas à devenir l’assistant de Mr Banerjee, un étrange détective privé qui résout ses enquêtes en rêvant. Il s’attendait encore moins à être plongé au cœur d’une effarante affaire : le meurtre à huis clos de Lord Scriven

Jeterminece que j'entreprends 2016


2 réflexions sur “Le dernier songe de Lord Scriven

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s