C’est lundi, je dépoussière… Chaque soir à onze heures

C'est Lundi, je dépoussière..

Chaque lundi, Entre Les Pages vous propose un ancien article dont le texte et la mise en page ont été rafraîchis. De belles redécouvertes au programme ! Aujourd’hui, place à…

Chaque soir à onze heures de Malika Ferdjoukh

Whilelmina – dite Willa – vit un peu chez son père, un peu chez sa mère. Elle a des amis riches, un ipod et est complètement folle de Iago. Mais une fête bouleverse sa vie quand elle y rencontre Edern, un garçon énigmatique et de par défaut très séduisant. L’existence de la jeune fille prend alors des allures d’enquête policière, des airs de films d’horreur ou d’histoire fantastique. Car être présentée à la famille Fils-Alberne, c’est pénétrer dans des couloirs sombres pleins de courants d’airs et de lames de plancher qui s’étirent, craquent et gémissent tant les secrets qu’elles gardent veulent se libérer. Victime de tentatives de meurtres en plus d’être conquise par le bel orphelin, Willa décide d’aller jusqu’au bout pour lever le voile sur les mystères qui l’entourent.

Un roman d’amour, un thriller, un ouvrage fantastique, Chaque soir à 11 heures est tout cela à la fois voire plus pour devenir au final un tout merveilleux. Beaucoup de références permettent à ses personnages d’être encore plus vivant. Malika Ferdjoukh prend plaisir à jouer avec. Ils sont des icônes, des modèles, célèbres ou pas. Willa est un personnage attachant qui grandit au fil du roman. Elle est le point central de cette littérature lumineuse et surprenante. Très touchante dans sa peur, dans sa détermination et dans son courage, Willa est une compagne de lecture étonnante et énergique. Elle n’a presque aucun moment de répit et n’en laisse donc pas au lecteur qui, tellement captivé par ce qu’il voit, entend et ressent, ne referme de toute façon pas le roman avant d’avoir tourné la toute dernière page.

Chaque soir à 11 heures


Présentation de l’éditeur :
Willa Ayre
s’est classée dans la catégorie des filles que les garçons ne voient jamais, des insignifiantes, des petits chats caustiques mais frileux. Iago, lui, attire tous les regards. Il est le garçon dont rêvent toutes les filles du lycée. Dès la rentrée, Iago pose les yeux sur Willa et la choisit. Mais à une fête, Willa rencontre le bizarre et ténébreux Edern. Dès lors, sa vie prend une tournure étrange. De la grande maison obscure cachée au fond de l’impasse, la jeune fille doit découvrir les secrets, sonder son cœur, et faire un choix…

Chaque soir à 11 heures, la BD Ecoute battre mon coeur Je renaîtrai de vos cendres La fille seule dans le vestaire des garçons

Featherduster


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s