C'est lundi, je dépoussière...·Romans jeunesse

C’est lundi, je dépoussière… Un phare dans le ciel

C'est Lundi, je dépoussière..

Chaque lundi, Entre Les Pages vous propose un ancien article dont le texte et la mise en page ont été rafraîchis. De belles redécouvertes au programme ! Aujourd’hui, place à…

Un phare dans le ciel de Moka

Baptiste vit avec sa mère, il n’a jamais connu son père et travaille à la Charcuterie Principale. Tout le monde ne le sait pas et tout le monde ne s’en rend pas compte mais Baptiste est sourd. Il lit sur les lèvres avec grand talent et garde ainsi contact avec le monde. Seule chose, ce monde n’est plus assez grand pour lui. Heureusement, le libraire demande un jour à Baptiste d’aller porter une commande à Monsieur Nathan. Ce dernier est astronome, vieux et n’a qu’un seul rêve : construire un radiotélescope. Peut être même qu’avec cet appareil Baptiste pourra entendre un son, celui des étoiles. Le garçon quitte alors tout pour aider son ami. Ils se lancent tous les deux dans ce projet complètement fou sans penser aux embûches que peuvent mettre sur leur chemin les habitants du village.

Un phare dans le ciel est tout d’abord un roman séduisant par son résumé qui promet une incroyable histoire entre un jeune garçon en manque d’aventure et un astronome barjot. Explosif, voilà le mot qui résonne quand la dernière page se tourne. En effet, les différents ingrédients de ce récit ne semblent pas venir de la même planète mais tous se rencontrent et font des étincelles pour servir une intrigue simple, belle, juste, envoûtante, rattachée à de beaux thèmes : le courage, la foi, l’amitié, le dévouement, la connaissance. La cruauté et l’incompréhension habitent également ce livre qui fait oublier l’asphalte. Entre inconscience et évidence, un moment doux et fort.

Un phare dans le ciel

Présentation de l’éditeur :
Baptiste
a des milliers de choses dans la tête, ce sont des pensées qui s’agitent en silence. Il n’entend rien, ou presque : les notes les plus basses de l’orgue, parce qu’elles résonnent dans son ventre, certains clics métalliques qui semblent passer par ses mâchoires et de vagues souvenirs d’avant sa maladie. Baptiste se demande souvent si le fait d’être sourd le rend malheureux. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne supporte plus l’étalage de la Charcuterie Principale où, selon l’opinion de sa mère, il a eu la chance incroyable d’être embauché. Heureusement, la vraie chance arrive, sous la forme d’une Mobylette de livreur. C’est grâce à ce nouveau job que Baptiste fait la connaissance de M. Nathan, un ermite astronome, qui l’initie aux veillées d’observation, lui apprend ce qu’est un héliomètre et un astrolabe et lui montre avec nostalgie son album de famille. Baptiste s’approprie tout cela avec enthousiasme. Il se sent avide de connaissances, de confiance et de découvertes. Son aventure ne fait que commence. Le vieux rêve de M. Nathan, recevoir les messages des pulsars, ces étoiles qui racontent leur agonie, est devenu le sien. Il s’agit de construire un radiotélescope : quatre cents poteaux de bois et des kilomètres de câble pour une gigantesque antenne pointée vers le ciel, à l’écoute des étoiles. Un rêve complètement fou.

Du même auteur :

La chambre du pendu

Featherduster

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s