Romans étrangers

Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates est une lecture commune pour le club de lecture.

1946, il faut se remettre de la guerre et le lever est difficile. Juliet n’ose même pas regarder les rues de Londres dévastées. La jeune femme est écrivain. Alors qu’elle est à la recherche d’un sujet pour son prochain livre, elle reçoit une lettre d’un habitant de Guernesey. Il a trouvé son nom et ses coordonnées dans un exemplaire des Essais d’Elia, morceaux choisis qui jadis lui appartenait. L’homme aimerait qu’elle lui fasse parvenir l’adresse d’une librairie qui pourrait lui procurer d’autres ouvrages de Charles Lamb. Juliet lui répond et accompagne même son courrier d’une biographie du poète. Ainsi commence une correspondance entre elle et les occupants de l’île qui lui parlent de leur club de lecture : le Cercle littéraire des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates inventé pour échapper au courroux des allemands, et qui lui racontent comment ils ont justement vécu pendant l’Occupation. Juliet, le sait, elle tient là son prochain roman. S’en suit alors une inévitable et très attendue visite à Guernesey, des rencontres uniques et des échanges formidables. La vie a repris du service et elle réserve bien des surprises !

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates est un roman épistolaire. Il s’agit du premier et unique livre de Mary Ann Shaffer décédée avant la publication. Il est co-écrit avec sa nièce, Annie Barrows. L’ouvrage plonge le lecteur dans l’amour pour les livres et dans celui du partage. Car la lecture lit les êtres humains. Il est aussi question de rendre on ne peut plus séduisante la rédaction de lettres aux êtres chers, aux collaborateurs ou à des inconnus. La correpondance peut elle aussi permettre de découvrir et réunir les gens. Ainsi se forment des familles très spéciales et très soudées. Les personnages créés par Shaffer et Barrows sont d’emblée attachants. Leur histoire contient de bien sombres passages mais l’émotion est le plus souvent on ne peut plus positive et beaucoup d’humour façonne également leur quotidien. L’existence à Guernesey, c’est de la tendresse, du courage, du suspens, de l’inattendu, de l’amitié, de l’amour. L’existence à Guernesey c’est se rappeler la richesse, la beauté et la préciosité de celle-ci. Cette escale à Guernesey, c’est beaucoup de délicatesse pour évoquer la guerre et l’indicible, de références littéraires aussi fines que populaires et une bonne dose d’apesanteur pour l’âme. En somme, c’est un régal à chaque page !

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates le-cercle-litteraire-des-amateurs-depluchures-de-patates-poche-01 le-cercle-litteraire-des-amateurs-depluchures-de-patates-poche-02

Présentation de l’éditeur :
« Je me demande comment cet ouvrage est arrivé à Guernesey. Peut-être les livres possèdent-ils un instinct de préservation secret qui les guide jusqu’à leur lecteur idéal… » Janvier 1946. Tandis que Londres se relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre un monde insoupçonné, délicieusement excentrique ; celui d’un club de lecture au nom étrange inventé pour tromper l’occupant allemand : le « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ». De lettre en lettre, Juliet découvre l’histoire d’une petite communauté débordante de charme, d’humour, d’humanité. Et puis vient le jour ou, à son tour, elle se rend à Guernesey

the-guernsey-02 the-guernsey-01 the-guernsey-03

Du même auteur :

Le secret de la manufacture de chaussettes inusables Le secret de la manufacture de chaussettes inusables Poche

003 002 001 b2d123d6209ba1a38f98bbd08de7a487

Publicités

13 réflexions au sujet de « Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates »

  1. Dès qu’un livre parle du pouvoir des livres, j’aime ❤
    Votre délicieuse chronique se rajoute à celles que j'ai déjà lues. J'ai cherché le roman en librairie mais ne l'ai pas encore trouvé, je vais devoir le commander 🙂
    Belle journée Pauline !

    Aimé par 1 personne

  2. Ce roman fait partie de ceux que je veux lire depuis longtemps! La description me fait penser à l’histoire d’Helene Hanff dans 84, Charing Cross road, que j’ai adoré. Malheureusement, de nos jours, on ne s’envoie plus beaucoup de lettres. Heureusement il y a encore les mails, mais tout de même, ce plaisir de recevoir une vraie lettre (ou un livre!), la retourner plusieurs fois avant de l’ouvrir, la ranger, la relire…ce plaisir-là est incomparable! Ta chronique me donne vraiment envie de le lire très bientôt ce livre! Bonne fin de journée!

    Aimé par 1 personne

    1. Le début du Cercle littéraire… fait beaucoup penser à 84 Charing Cross… Mes amies et moi nous nous envoyons des lettres régulièrement (en plus des mails et des sms). Tu serais intéressée par une correspondance ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s