Catherine Cuenca·Romans jeunesse

Celle qui voulait conduire le tram

1945 : Luce vient d’acheter la maison de sa tante Agnès. Son oncle vient de mourir et l’énigme de la disparition de son épouse plus de 20 ans auparavant n’a toujours pas été résolue. 1916 : Agnès travaille à l’usine comme avant le début des conflits pendant que son mari est au front. Quand elle apprend qu’elle pourrait gagner bien plus d’argent en travaillant sur les lignes de tramway, elle réussit à se faire embaucher en tant que conductrice. Mais lorsque l’homme qu’elle remplaçait revient de la guerre, elle est renvoyée. À la maison, elle doit faire avec un mari blessé à vie, alcoolique et soulagé que sa femme non seulement n’ait plus un salaire plus élevé que le sien, mais puisse de nouveau lui préparer à manger à l’heure qui lui convient si elle travaille de nouveau à l’usine. Un jour, Agnès entend parler de Madeleine Pelletier, des réunions et des manifestations pour les droits des femmes. Elle devient membre du mouvement des suffragettes !

Celle qui voulait conduire le tram est un roman de la collection Les Héroïques des éditions Talent hauts. Il raconte la condition des femmes du début du vingtième siècle jusqu’au moment où il leur a été capable de voter pour la première fois. Il est parfaitement mis en avant que les libertés accordées pendant la Première Guerre mondiale furent de belles illusions. C’est pourquoi un combat long et difficile à bien des niveaux a alors dû s’engager. Le choix des femmes d’en faire partie n’a pas été simple. En dépit de toute sa volonté, Agnès hésite à sortir des rangs, à se faire remarquer, à faire face à son époux. Il ne faut cependant jamais se décourager face à une telle lutte, c’est une des choses qu’enseigne le texte de Catherine Cuenca. Le texte qui contient sa petite dose de mystère, qui décrit parfaitement l’état d’esprit des personnages et qui contient également des informations aussi intéressantes qu’aberrantes, comme par exemple le port du pantalon par les femmes qui n’était pas seulement mal vu mais interdit par la loi. La lecture de l’histoire d’Agnès, à mettre en lien avec l’époque actuelle, est riche et très entraînante.

celle-qui-voulait-conduire-le-tram

Présentation de l’éditeur :
1916
: les hommes sont mobilisés sur le front. À l’arrière, les femmes prennent la relève. Parmi elles, Agnès est embauchée comme conductrice de tramway. Lorsque son mari, Célestin, rentre blessé de la guerre, il supporte mal qu’elle gagne plus que lui. Une fois la paix revenue, Agnès est renvoyée : les hommes doivent retrouver leur place. Révoltée par cette injustice, elle s’engage dans le mouvement des suffragettes. C’en est trop pour Célestin.

Catherine Cuenca sur ce blog

Dans la même collection :

Publicités

8 réflexions au sujet de « Celle qui voulait conduire le tram »

      1. Oui, on est nombreuses à préfére cela… Malheureusement ce n’est pas le cas… Allez faut se bouger un peu pour faire avancer tout ça 🙂
        Merci encore pour cette découverte.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s