Catherine Cuenca·Partenariats·Partenariats Oskar·Romans jeunesse

Le loup du bois sanglant

Octobre 1914 : ce n’est pas le son d’une balle perdue qui vient de retentir. Le soldat Thomas Jacquin a mis fin à ses jours. Dans l’une de ses poches, Corentin Dumet retrouve trois lettres. Elles ont été envoyées quarante années auparavant par une jeune femme prénommée Pauline à un certain Valentin Desvaux alors qu’il se battait contre les Prussiens. Juillet 1870 : Valentin, exempté de service militaire, décide de prendre la place de son ami Charles en échange d’une pension pour son père et sa sœur. À peine l’arrangement est-il signé que la guerre est déclarée. Secrètement amoureux de la fille de l’épicier, Valentin demande à celui-ci s’il peut écrire à Pauline depuis le front. Une correspondance précieuse prend alors place entre eux tant il faut de courage aux hommes au cœur du conflit.

Quel peut-donc bien être le lien entre Valentin Desvaux et Thomas Jacquin? Et comment ce dernier s’est-il procuré les lettres ? Le sergent Dumet, désigné pour informer la famille du soldat de son décès, décide de retrouver Pauline pour mettre fin à ce mystère. Cette situation énigmatique, Catherine Cuenca l’associe aux conditions de vie dans les tranchées, aux conséquences de la guerre dans les villages, à ses retombées sur l’esprit des hommes, entre autres détails passionnants. Les descriptions emmènent le lecteur au plus près des personnages très attachants dont il est aisé de comprendre les désirs et les actes. Chaque chapitre du Loup du bois sanglant se passe soit en 1914 soit en 1870 jusqu’à ce que, d’une certaine manière, ces deux époques réussissent à se fondre l’une dans l’autre. Cela apporte rythme et suspens à ce roman de plus en plus prenant au fil des pages.

Présentation de l’éditeur :
Octobre 1914
. Afin de ne plus connaître l’enfer de la guerre, le soldat Thomas Jacquin se donne la mort. Dans ses poches, le sergent Corentin Dumet découvre des lettres adressées, quarante-quatre ans plus tôt, à Valentin Desvaux, un soldat engagé dans la bataille de 1870 contre les Prussiens. Comment Thomas Jacquin est-il entré en possession de ces lettres ? Qui était Valentin Desvaux, ce soldat qui semble avoir disparu sans laisser de traces ? Quels sont les liens entre les deux hommes ? Corentin va mener son enquête et tenter de retrouver Pauline, l’expéditrice de ces courriers. Une piste qui pourrait bien le jeter dans la gueule du loup…

Catherine Cuenca sur ce blog

Oskar éditeur

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le loup du bois sanglant »

  1. Je ne connaissais pas du tout ce roman mais tu me donnes envie. Je viens de finir un récit sur la guerre des tranchées et suis touchée par ce pan de l’Histoire, mes lectures y reviennent souvent. Je note, pour tout savoir de ce mystère !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s