Romans jeunesse

Un enfant de pauvres

Enzo est champion de surf. Mais ça, c’est qu’il se passe aujourd’hui dans sa vie et ce n’est pas le sujet de l’histoire qu’il veut raconter. Car il veut parler de ce qu’il s’est passé avant qu’il ne devienne le roi des vagues. Il veut parler de ses parents qui étaient de plus en plus tristes, qui s’éloignaient de plus en plus l’un de l’autre, de son appartement qui se vidait peu à peu de ses objets, de ses livres pour qu’ils rapportent un peu d’argent. De son père qui partit quand il n’y eut plus rien à vendre. Du déménagement pour le sud de la France où une amie pouvait garantir un logement et un emploi à sa mère. Et de la vie qui était toujours difficile. Et du moment où il commença à voler. De cette sombre spirale qui semblait sans fin. Mais Enzo a finalement rencontré Ethel. Qui a été gentille, qui a compris, qui l’a aimé malgré certaines choses.

Un enfant de pauvres est un roman graphique. Les images choisies et agencées par Gwen Le Gac pour illustrer le texte de Christophe Honoré font ressentir les émotions et les étapes traversées par leur personnage avec grande intensité. Le lecteur voit son incompréhension, sa tristesse, son impuissance, sa colère, sa solitude et finalement sa renaissance. S’identifie aussi, car le prénom Enzo n’est prononcé qu’à la toute fin et ce qu’il vit peut donc être vécu par n’importe qui. Le lecteur comprend que la vie et ses besoins peuvent prendre un tout autre sens, qu’il est possible de grandir vite, trop vite à cause du malheur, et de d’avoir peur ensuite, de devenir méfiant. Voir cette vie autrement grâce à un livre qui fait lui-même lire différemment, c’est grandiose et évidemment poignant. Une lecture magnifique à mettre entre toutes les mains.

Présentation de l’éditeur :
À douze ans, Enzo est champion de surf. Mais ce n’est pas cela qu’il veut nous raconter. Il veut écrire comment, alors qu’il avait huit ans, sa vie a basculé. Comment il est devenu un enfant de pauvres. Comment, après les lampes, les chaises, les vases, les livres… c’est son père qui a finalement quitté la maison. Avec sa mère ils ont dû partir aussi, recueillis par une amie, au bord de la mer, après avoir vendu tout ce qu’il leur restait. Mais l’argent n’est pas revenu. Alors Enzo s’est mis à voler. Et puis il a rencontré Ethel

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un enfant de pauvres »

  1. Je trouve la couverture superbe et très attirante ainsi que les thèmes abordés.
    Ce roman a l’air vraiment intense.
    Merci pour la découverte Pauline 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s