Catherine Cuenca·Romans jeunesse

Oko et la pierre du bout du monde

« Quelque part dans les Pyrénées, il y a 30 000 ans. » Oko, prochain chef de son clan, est sur le point de devenir un homme. En effet, le voilà parti pour une chasse au cours de laquelle il va tuer son premier renne. Il espère qu’en retrouvant les siens, la jolie Yakuna aura oublié l’enfant avec lequel elle a toujours joué et qu’elle le verra comme un bon fiancé. Mais les choses ne se passent pas comme prévu, un membre de la tribu est gravement blessé et un autre est tué. Par la faute d’Oko. Ce dernier, qui semble en plus leur porter malchance depuis son plus jeune âge, est alors banni de sa tribu. Il est autorisé à revenir seulement s’il trouve un remède pour Parteku. Le garçon part donc. Même si l’hiver arrive. Même s’il n’est pas doué pour attraper la gibier nécessaire à sa survie. Son parcours est rapidement difficile, rythmé par la faim et la fatigue. Jusqu’à ce qu’il rencontre Tik. Jusqu’à ce que cette rencontre change tout… de son passé et de l’avenir qui se dessinait.

Oko et la pierre du bout du monde est un roman de la collection Histoire et Société des éditions Oskar. Il est court, 80 pages environ, et complété par un dossier donnant des informations sur la Préhistoire. Le récit de Catherine Cuenca est séduisant parce qu’il est une vraie aventure, qu’il contient une belle histoire d’amitié, une histoire d’amour aussi. Qu’il y est question de solidarité et de manigances. Il y a évidemment du vocabulaire, des descriptions et des explications en lien avec les objets, les rites, la façon de vivre au temps de la Préhistoire. Il y a une pointe de fantastique également. C’est un fameux mélange pour se divertir et avoir envie d’en savoir un peu plus sur les vrais Oko.

Présentation de l’éditeur :
Au temps de la Préhistoire. Oko, un jeune Cro-Magnon, doit réussir sa première chasse afin d’être considéré comme un adulte par les siens. En tentant de tuer un renne, il cause la mort d’un homme. Parteku, un autre chasseur, est gravement blessé par sa faute. Exclu de son clan, Oko ne pourra revenir que s’il trouve un remède pour guérir Parteku. Commence alors pour le jeune garçon une longue quête. Parviendra-t-il à survivre seul dans un monde inconnu et hostile, loin de son clan ?

Catherine Cuenca sur ce blog

Oskar éditeur

Publicités

3 réflexions au sujet de « Oko et la pierre du bout du monde »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s