C'est lundi, je dépoussière...

C’est lundi, je dépoussière…

C'est Lundi, je dépoussière..

Chaque lundi, Entre Les Pages vous propose d’anciens articles dont le texte et la mise en page ont été rafraîchis. Qu’il y ait 2, 3, ou 4 articles, le but est de vous faire découvrir ou redécouvrir des livres très différents. J’espère que cela vous plaira ! Vous pouvez lire et commenter les avis ici, ils se trouvent à la suite les uns des autres, ou cliquer sur les couvertures ci-dessous pour accéder aux chroniques en elles-mêmes. Belle lecture à tous ! Au programme aujourd’hui :

Contes des Amériques
Les Contes d’Amériques est un livre qui, plus qu’il ne raconte, fait parler, voire chanter, les grandes plaines du Nord, le majestueux Lac Salé, les mouettes vénérées qui ont sauvé les récoltes des hommes des terribles sauterelles et fait voir le sort des intrépides qui se sont fait dévorer la chair, sucer la moelle et ont du rentrer chez eux sous la forme de squelettes car ils en ont fait qu’à leur tête. S’invitent ici aussi les vils démons aux pattes de vautour ou encore des poules qui pondent des œufs d’or et des nappes magiques qui servent des mets succulents. Ces derniers et bien d’autres font s’animer ces histoires ancestrales venues d’ailleurs. Très vite et avec une grande excitation, les esprits s’envolent, l’imagination s’étonne, brille et les rêves conquièrent de nouvelles et flamboyantes couleurs. Les aventures du quotidien se transforment alors en  expéditions inédites dont il y encore beaucoup à découvrir. Elles sont drôles, tendres et sources de grandes richesses.

Car à la clé de ces voyages sur un autre continent il y a évidemment des morales universelles, sans frontières. Voilà une autre façon d’apprendre aux enfants à se méfier des apparences aussi belles soient elles, voilà comment leur inculquer de toujours diriger leur regard vers la beauté intérieure d’une personne ou comment leur dire de venir en aide à quiconque croise leur chemin. Les récompenses pourraient bien les surprendre ! L’ouvrage qui raconte ces histoires est publié aux éditions «  La rue des enfants ». Il est court, joli et très poétique. C’est avec douceur et franchise qu’il permet aux plus jeunes et à leur parents de partager d’agréables moments. Le monde, peuplé de de belles croyances et de coutumes si importantes, s’ouvre toujours à ceux qui voudront, grâce à la lecture, toujours merveilleuse, mieux le connaître.

Présentation de l’éditeur :
On peut découvrir le monde sans bouger de chez soi. grâce à la magie du livre. Partez pour un fabuleux voyage à travers le temps et les pays grâce aux différents ouvrages de la collection «Contes du monde». La banquise des Inuits, les villages africains, les forêts de nos régions, les plaines d’Amérique et les jungles d’Asie n’auront bientôt plus de secrets pour vous.

***

La nuit des dragons
Les dragons sont arrivés chez la famille Mazel. Les missionnaires occupent la maison, la saccageront, mangeront les vivres jusqu’à ce que Jeanne abdique et signe les papiers confirmant qu’elle s’est convertie au catholicisme. Son fils, Antoine, réussit à s’enfuir. C’est son histoire, ses rencontres, son courage que le roman raconte. Le jeune homme aidera des femmes à passer en Suisse, assistera un médecin, échappera aussi de peu à la potence avant de retrouver les traces de sa famille.

L’intrigue de La nuit des dragons se passe sous le règne de Louis XIV mais elle est bien loin des splendeurs de Versailles. En effet, à des lieues des fastes de la cour et des grands projets d’architecture, les auteurs de ce roman, Sigrid et Fred Kupferman, évoquent ce qu’ont du endurer les protestants pendant les dragonnades, au moment où le roi révoqua l’édit de Nantes. Les personnages sont malmenés, torturés. Ce sont eux qui portent les lecteurs, quelque peu abattus, dépités, tristes. Antoine et Marie sont les rayons de soleil de cette sombre épopée qui a pourtant l’air sans issue. Le tout est frappant, plein de suspense, un ouvrage sachant concilier l’aventure et l’initiation aux heures cruelles de l’Histoire.

Présentation de l’éditeur :
Chez les Mazel, comme tous les soirs, on lit la Bible protestante. Mais brusquement, les dragons du roi Louis XIV font irruption avec toute leur violence. Le roi ne veut plus de protestants en France : c’est la conversion ou la mort ! Le jeune Antoine réussira-t-il à s’échapper ? Accompagné de l’étrange Cornelius, jusqu’où le conduira sa lutte pour la liberté ?

***

La couleur des sentiments / The Help
Minnie travaille pour la terrible Miss Hilly, Abileen est au service de Mrs Leefolt et Miss Skeeter, elle, rêve de devenir journaliste et décide d’écrire un livre qui changera à jamais la condition des bonnes noires. L’histoire de ces femmes, c’est à dire leur quotidien en tant que domestiques ou de jeune écrivain, est racontée par leur trois fantastiques voix. Chacune leur tour, Abileen, Minnie et Eugenia dévoilent donc le sort réservé aux noirs dans les années soixante et évidemment pas uniquement dans la ville de Jackson, là où l’action se passe. C’est une vraie révolution qui prend place quand les bonnes, « the help », décident de rapporter ce qu’elle subissent chaque jour en dépit de l’amour et du dévouement qui les caractérisent. L’absurdité des choses n’en est que plus puissante et elles, plus belles, plus incroyables.

Ces employées noires mais aussi Miss Skeeter, sont des êtres formidables qui se rebellent contre les règles établies par la société et délivrent ainsi leur liberté. Ce que ces femmes avouent enfin choque, scandalise mais elles font de leur souffrance et de leurs nombreux secrets une force qui fait renaître le plus fabuleux : l’espoir. Ensemble, soudées, se faisant confiance, elles vivent la plus grande des aventures, la plus déterminante, celle qui changera leur vie à jamais. The Help est une œuvre culte et essentielle, une vraie leçon de courage. Elle est racontée avec tendresse, humour et violence aussi. Une secousse intérieure dont il est impossible de sortir indemne.

Présentation de l’éditeur :
Jackson
, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s’occuper des enfants mais pas d’utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s’apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même.

Featherduster

Publicités

2 réflexions au sujet de « C’est lundi, je dépoussière… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s