C'est lundi, je dépoussière...

C’est lundi, je dépoussière…

C'est Lundi, je dépoussière..

Chaque lundi, Entre Les Pages vous propose d’anciens articles dont le texte et la mise en page ont été rafraîchis. Qu’il y ait 2, 3, ou 4 articles, le but est de vous faire découvrir ou redécouvrir des livres très différents. J’espère que cela vous plaira ! Vous pouvez lire et commenter les avis ici, ils se trouvent à la suite les uns des autres, ou cliquer sur les couvertures ci-dessous pour accéder aux chroniques en elles-mêmes. Belle lecture à tous ! Au programme aujourd’hui :

  

Marina
Oscar a l’habitude de s’échapper du pensionnant pour se balader dans la belle Barcelone. Un jour, il pénètre dans une bâtisse étrange qu’il croit abandonnée. L’esprit consacré à une montre à gousset laissée sur une table, il ne se rend pas compte que quelqu’un l’observe. Puis, il voit une grande figure fantomatique se jeter sur lui. Il s’enfuit alors. Une fois de retour à l’internat, il se rend compte qu’il tient encore dans sa main la montre qui l’intriguait. Cette dernière est le prétexte pour retourner vers la demeure inquiétante. Là où il fait la connaissance de Marina avec laquelle il vit la plus angoissante mais aussi la plus excitante et la plus belle aventure de sa vie !

Mise en scène dans la ville de prédilection de l’auteur, l’histoire de Marina, narrée par Oscar, est débordante d’amour et d’émotion. Saisissante, elle sait entraîner, captiver, alarmer, tourmenter et l’intensité est croissante. Composé par Zafon, le texte possède cette faculté à imager, à être riche et incroyablement tortueux tout en se laissant dévorer avec une facilité déconcertante. L’œuvre, son ambiance et son suspense sont fondés par une plume à mi-chemin entre la réalité et le fantastique. C’est hypnotisant. S’ajoute à cela cette nouvelle existence qu’emprunte un jeune héros courageux, sensible et un peu naïf. Doucement, son innocence se fêle, se brise, puis éclate.

Présentation de l’éditeur :
Oscar Drai, 15 ans, vit dans un pensionnat de Barcelone. Il sort souvent en cachette pour aller se promener. Un jour, il pénètre dans une maison qui lui semble abandonnée et rencontre la jolie Marina. Ils deviennent amis. Désormais, tous les après-midi et le week-end, Oscar s’évade pour la rejoindre. Ensemble, ils commencent à suivre une vieille femme entièrement vêtue de noir. Sans le savoir, cette dernière les mène dans un repaire étrange, truffé de marionnettes mutilées. Ils retrouvent alors la trace d’un couple légendaire, Mijail et Eva Kolvenik, rencontrent un médecin, un policier à la retraite, un savant fou… Les voilà lancés dans une aventure inoubliable, qui sera également celle de leur premier amour.

***

La bibliothècaire
Chaque soir, Guillaume observe cette femme qui écrit dans la maison d’en face. Dès qu’elle en a terminé avec son ouvrage et que sa lumière est éteinte, une jeune fille en profite pour s’échapper de bâtisse et s’enfuir dans la rue sombre. Un jour, le héros de cette histoire décide de l’interpeller et finalement, de la suivre. Il n’est pas au bout de ses surprises !

La bibliothécaire est un roman culte de Gudule. Il rappelle en premier lieu les bienfaits de la lecture sur l’assimilation d’une langue et sur l’esprit de chacun. Captivant dès les premières lignes, le roman saisit grâce à cette mystérieuse enfant qui recherche un certain grimoire des écrivains. Il fascine encore plus lorsque la vraie nature de ce grimoire se réveille. Les préjugés sur les classiques tombent, les désirs de découvertes des écrits naissent. Les enfants s’unissent à des personnages dont l’approche représentait avant une réelle contrainte. Initiatique, en quête d’un Graal et surtout de ce que son contenu sous-entend, cette entreprise rapproche encore plus de la lecture et de tout ce qu’elle confère. Bien être, divertissement, soif de créer, ouverture d’esprit, invocation des désirs, connaissance, partage…

Présentation de l’éditeur :
Pourquoi la vieille dame qui habite en face de chez Guillaume écrit-elle très tard la nuit ? Quelle est cette jeune fille qui ne sort de chez elle qu’à la nuit tombée ? Pour résoudre ces mystères, Guillaume se lance dans un fantastique voyage au pays des livres et de l’écriture. Une plongée au cœur de la littérature qui a séduit plus d’un million de lecteurs !

***

Bordemarge
Violette est une bibliothécaire en mal d’amour et d’aventures à Allencourt. Son collègue, Christian, a beaucoup de mal à la faire sourire malgré ses efforts quotidiens. Roxanne, elle, habite à Bordemarge et débarque un beau jour d’un tableau pour tomber sur Violette à qui elle casse le nez, donne ses vêtements et qu’elle laisse capturer par les hommes qui la poursuivent elle, la princesse. Violette, alors confondue avec Roxanne, est emmenée à Silas, le roi imposteur de Bordemarge. Celui-ci qui veut se débarrasser de la dernière personne qui l’empêche de régner en maître sur le royaume.

Bordemarge est le deuxième roman d’Emmanuelle Nuncq et le premier roman français à être publié par les éditions Castlemore. Très vite, le lecteur comprend que quelque chose d’extraordinaire se passe dans ce roman, quelque chose dont il rêve absolument :  Violette a en fait pénétré dans une création littéraire. Cette dernière a pris la place de Roxanne qui, elle, va découvrir la « réalité ». Débarrassée de la faim, de la fatigue, capable de porter un corset et d’apprendre à une vitesse fulgurante, Violette apprécie aussi de connaître les codes de la littérature pour mener le combat qui vise à libérer Bordemarge du grand méchant de l’histoire. Là-bas, elle fait la connaissance d’Angus Khaltourine, personnage terrible et redouté, mais également troublant tant il devient humain à son contact. Roxanne et Christian, de leur côté, se doivent de revenir à Bordemarge pour sauver Violette. Ils forment une équipe de choc avec Seamus, le valet de la princesse, Peter, l’Orfèvre, un grand inventeur, et les enfants recueillis par celui-ci. C’est une vraie petite armée à suivre à travers des scènes et non pas des chapitres. Quelle histoire ! Laquelle s’inspire de ce que tous les livres font vivre et de toutes les questions qu’ils engendrent. Elle est née de l’amour pour les livres, pour les grandes aventures, de la terrible envie d’écrire et d’avoir son propre univers de fiction, son autre chez soi si chaud et si sécurisant. Une entreprise grisante qui fait passer un très bon moment de lecture.

Présentation de l’éditeur :
Un mousquetaire rebelle quitte le château de Bordemarge au galop. Après avoir fomenté un coup d’État, Le duc Silas a lancé ses troupes de pirates sur les traces de Roxane, l’héritière légitime du trône, qui a réussi à s’enfuir. Violette, bibliothécaire déprimée, aurait adoré lire ce genre d’aventures rocambolesques. Aussi, le jour où, pour échapper à ses ennemis, Roxane traverse un tableau magique qui donne sur le monde réel et envoie Violette à sa place à Bordemarge, cet échange est l’occasion rêvée pour la bibliothécaire de troquer son quotidien contre des péripéties incroyables. Saura-t-elle déjouer les plans de l’infâme Silas ? Une chose est sûre : à Bordemarge, tout est possible, il suffit de le vouloir !

Featherduster

Publicités

2 réflexions au sujet de « C’est lundi, je dépoussière… »

  1. Merci pour ces redécouvertes captivantes, Pauline !
    J’aime bien le lien entre ces trois œuvres : le pouvoir de l’imaginaire et des livres qui emportent le lecteur dans de si merveilleux voyages.
    Belle soirée !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s