C'est lundi, je dépoussière...

C’est lundi, je dépoussière…

C'est Lundi, je dépoussière..

Chaque lundi, Entre Les Pages vous propose d’anciens articles dont le texte et la mise en page ont été rafraîchis. Qu’il y ait 2, 3, ou 4 articles, le but est de vous faire découvrir ou redécouvrir des livres très différents. J’espère que cela vous plaira ! Vous pouvez lire et commenter les avis ici, ils se trouvent à la suite les uns des autres, ou cliquer sur les couvertures ci-dessous pour accéder aux chroniques en elles-mêmes. Belle lecture à tous ! Au programme aujourd’hui :

UNE ÉDITION SPÉCIALE MOLIÈRE DANS LA LITTÉRATURE POUR LA JEUNESSE

   

Louison et Monsieur Molière
Louison et Monsieur Molière est l’histoire d’une actrice repérée par Molière quelques temps avant le décès de celui-ci. À la maison, ce n’est pas facile de vivre avec des parents acteurs. Si son père est tendre et attentif avec Louison, sa mère, elle, s’affiche sans cœur et purement méchante. Elle reste pourtant un modèle pour sa fille qui n’en démord pas : elle sera une grande actrice elle aussi. Louison est très attachée à sa nourrice Frosine qui lui apprend à lire et à écrire. Grâce à elle, la jeune fille peut apprendre un grand nombre de textes et de vers du grand maître du théâtre. Volontaire, appliquée et patiente pour tout, Louison suit les conseils de Mr Poquelin, obtient une scène dans Le malade imaginaire et voit sa vie changer presque du jour au lendemain.

Ce texte, inspiré par un fait historique, est agréable à lire. L’ouvrage est narré par Louison elle-même. C’est un personnage plein de charme et d’énergie. Elle met à jour ses peines et ses rêves. Le lecteur devient le confident et l’allié de cet enfant en mal d’amour et de reconnaissance mais définitivement battante et pertinente. Derrière sa fluidité, le texte de Marie-Christine Helgerson parle d’admiration, de respect, d’amour mais aussi d’incompréhension, de secrets ou de maladresses. C’est un un beau témoignage à l’histoire et à cette belle personne que fut Louison. Un petit livre touchant comme il faut.

Présentation de l’éditeur :
Louison n’a que dix ans quand Molière la choisit pour jouer dans sa dernière pièce. Fille de comédiens, Louison va enfin pouvoir réaliser son plus beau rêve, être actrice. Et pas n’importe où ! A la Comédie Française, devant la cour du Roi Soleil, Louis XIV

***

L’homme qui a séduit le Soleil
Gabriel est sans le sou et vit au jour le jour. Acteur dans la rue, il est repéré par le grand Molière et devient moucheur de chandelles. Il espère toujours, en secret, devenir un vrai acteur dans la troupe de Monsieur, frère de Louis XIV. Tout en protégeant son premier et précieux costume que lui a procuré l’homme de théâtre, symbole de l’espoir fragile, Gabriel tente tant bien que mal de trouver sa place, de savoir ce qu’il veut vraiment réaliser. Très vite pris entre deux décisions qui peuvent changer sa vie à jamais, le jeune garçon restera-t-il auprès du grand écrivain ou, suivra-t-il Beppino et Amapola, ses premiers amours, avec qui il peut donner de vrai représentations ?

De manière appliquée, Jean Côme Noguès ouvre les portes du quotidien d’un enfant acteur, se produisant sur le Pont-Neuf et vivant de ce que les spectateurs veulent bien lui offrir. La vie de Gabriel bascule lorsque Molière le remarque, mais cet homme qu’il admire est-il capable de lui donner ce dont il a réellement besoin ? En parallèle, les relations entre le Roi Soleil et Nicolas Fouquet, surintendant des finances, se gâtent. Ce dernier mène une existence aussi étincelante que celle du roi, s’alloue un confort que Louis XIV ne tolère pas. À cela, s’ajoute le fait que travailler pour Jean Baptiste Poquelin mérite que l’on fournisse quelques informations. Alors, y a t-il assez d’espace pour Gabriel dans ce monde ? Réalisera-t-il à quel univers il appartient ? En quête d’un équilibre, d’une vie qu’il peut pleinement posséder et habiter, il fait voyager le lecteur dans le Paris du dix-septième siècle, une capitale qui brille par ses disparités, ses inégalités. Et l’auteur, lui, est toujours très consciencieux pour produire une narration accomplie. Un roman intéressant, assez intrigant sur les rêves et leur réalité et donc évidemment, le bonheur.

Présentation de l’éditeur :
Chaque matin, Gabriel quitte le misérable réduit qu’il occupe sur les bords de la Seine et retrouve l’effervescence du Pont-Neuf. Là, parmi les bonimenteurs et les vendeuses de fleurs, il improvise quelques scènes de commedia dell’arte pour gagner de quoi se nourrir. À l’écart, Molière l’observe… et décide de l’engager dans sa compagnie. Désormais, le rêve le plus fou de Gabriel semble possible : jouer avec Molière devant le Roi-Soleil

***

Le fils de Molière / Le comédien de Molière
Michel Boyron, alias Michel Baron, était un auteur et comédien français. Né en 1653 et mort en 1729, fils d’acteurs dont la fortune a été dilapidée par ses tuteurs, il fut repéré par Jean-Baptiste Poquelin, c’est à dire Molière, dans la troupe d’enfants de Mademoiselle Raisin et formé par celui-ci. Michel assiste, durant ses années auprès de l’homme de théâtre et des siens, à l’écriture du Misanthrope, du Médecin malgré lui, du Bourgeois gentilhomme, de Psyché ou encore du Malade imaginaire. Année durant lesquelles il doit faire face à la jalousie d’Armande, la jeune épouse de Molière, et aux rumeurs lancées contre son maître ou lui-même.

C’est tout ce temps que Michel passe avec la Troupe du roi qu’Annie Jay raconte dans Le comédien de Molière, un roman qui se tient entre la fiction et la réalité, qui décrit la vie des gens du théâtre faite d’autant de bonheurs que d’épreuves à traverser. Ses mots sont précis, forts, forment des phrases aussi belles que dures, aussi touchantes que révoltantes. La passion apparaît comme le seul guide sa plume et anime un lecteur qui voit le décor qui l’entoure se transformer pour l’envoyer en plein XVIIème siècle, qui entend la voix de Molière, les rires et les applaudissements de ses spectateurs, qui célèbre avec les beaux personnages tous les succès autant qu’il reçoit des coups de poing dans le cœur quand un mal les atteint.

Voir grandir Michel permet d’en être incroyablement proche, voir l’état de santé de Molière se dégrader est une torture. La relation père fils qui existe entre eux est sûrement pour beaucoup dans la profonde émotion qui s’élève à la lecture des dernières pages en dépit de leur caractère célèbre et inéluctable. Ce livre est superbe et donne évidemment envie de se plonger dans les pièces de Molière tout comme dans la vie de son élève.

Présentation de l’éditeur :
Le grand Molière accueille dans sa troupe un jeune homme de douze ans au talent époustouflant. Michel Baron est orphelin et commence son apprentissage auprès du grand maître. Molière le traite comme un fils. Il lui apprend le métier, le comble d’affection, et le fait monter sur scène devant le roi. Très vite, le jeune prodige séduit le public de Paris, on ne parle que de lui. C’est un triomphe !

Vous aimerez aussi :

Featherduster

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s