C’est lundi, je dépoussière…

C'est Lundi, je dépoussière..

Chaque lundi, Entre Les Pages vous propose d’anciens articles dont le texte et la mise en page ont été rafraîchis. Qu’il y ait 2, 3, ou 4 articles, le but est de vous faire découvrir ou redécouvrir des livres très différents. J’espère que cela vous plaira ! Vous pouvez lire et commenter les avis ici, ils se trouvent à la suite les uns des autres, ou cliquer sur les couvertures ci-dessous pour accéder aux chroniques en elles-mêmes. Belle lecture à tous ! Au programme aujourd’hui :

UNE ÉDITION SPÉCIALE VERSAILLES ET LOUIS XIV

Une robe pour Versailles
Ariane est une couturière très talentueuse. Elle rêve de faire les plus belles robes pour les dames de la cour. Quand l’occasion se présente à elle d’entrevoir un tel futur mais que sa meilleure amie la trahit et lui vole cette place tant convoitée, Ariane n’a plus qu’à retourner travailler à la boutique de l’ingrate Blanchette. Mais c’est sans compter sur la troupe de théâtre du grand Molière. Madeleine Béjart y est une célèbre comédienne et demande à Ariane en personne de lui confectionner ses costumes de scène. A l’heure où les pièces de Molière font scandale et où l’auteur est menacé par les dévots, Ariane s’allie à lui et se met en danger pour réaliser son rêve.

Une robe pour Versailles est une belle plongée dans le monde de la cour au temps du Roi Soleil. L’ouvrage crée un personnage fort et plein de charme qui rencontre son fabuleux destin, même si ce dernier a un certain prix. Le roman permet aussi de passer un agréable moment aux côtés de Molière et de sa troupe. L’auteur y est présenté avec beaucoup de douceur et d’humanité. Jeanne Albrent l’anime alors qu’il écrit son Tartuffe et la ferveur qu’il consacre à son œuvre est un pur régal. D’autres de ses pièces sont citées et mises en valeur, en particulier L’école des femmes. Ce monde du théâtre, de répétitions, de confections, de costumes somptueux, cet univers de paillettes, toujours en fond d’écran et pour lequel tout se prépare, est rythmé par l’amitié, la jalousie, la peur, l’amour mais aussi par de l’action et du suspense. Voilà une jolie inspiration, une envolée bien savoureuse.

Présentation de l’éditeur :
A quatorze ans, Ariane est apprentie couturière. Elle donnerait tout pour habiller les grandes dames de la Cour ! Mais elle doit se faire une raison : jamais elle ne sera de ce monde. Un jour pourtant, elle est remarquée par Madeleine Béjart, la comédienne de Molière. La voilà enfin libre de créer des robes extraordinaires, de se rendre au Louvre et à Versailles et même de tomber amoureuse. Mais autour de la troupe de Molière, rôdent des dangers insoupçonnés.

***

Jeux de surprises à la cour du Roi-Soleil
Jocelyn est savetier. Lui et son grand père n’ont plus de quoi manger. Alors, il quémande une pièce d’or au premier carrosse qui passe ! Il tombe nez à nez avec le fils préféré du Roi-Soleil qui lui demande de réussir à le divertir en échange de cet argent. Jocelyn infiltre alors la cour, rencontre des personnalités du grand monde et s’essaye même à l’écriture de fables.

Dans la collection « Histoire Courte », ce bref roman d’Arthur Ténor propose les coulisses d’un monde à la fois fascinant et terrifiant. Le courage d’un garçon ouvre les portes de cet univers surveillé, contrôlé. Avec audace et l’envie d’y croire, il se faufile dans les couloirs de Versailles, séduit le lecteur. Le texte recèle de l’impulsion et de la hardiesse du peuple, représenté par le héro, un peuple qui voit le château comme le décor d’un rêve, là où tout est possible. Il est toujours délicat de mettre en scène des intrigues se déroulant au temps des rois tant le contraste avec ceux qui tentent d’y pénétrer est fort et tant, pourtant, cette bulle royale saisit et enchante. Cette lecture fait partie de celles qui enseignent beauté et iniquité en finesse. L’action est illustrée par Jérome Brasseur. Les images douces et expressives viennent donner vie à cette histoire, voyage éclair au 17ème siècle !

Présentation de l’éditeur :
Paris, 1683. Jocelyn, petit-fils de savetier, est bien décidé à sauver son grand-père de la ruine. Dans la rue s’avance un carrosse, sans réfléchir Jocelyn bondit sur le marchepied et demande une pièce d’or ! Le jeune duc du Maine, fils du Roi-Soleil, accepte à condition que Jocelyn lui prépare une surprise pour le distraire… Découvrez les coulisses et les splendeurs du château de Versailles.

***

Une princesse à Versailles
Une princesse à Versailles raconte l’histoire de Charlotte Elizabeth de Bavière qui fut la seconde épouse du duc d’Orléans, dit Monsieur, le frère du Roi Louis XIV. Elle vécu de 1652 à 1722. Elle a donc quitté son pays pour devenir Duchesse d’Orléans. Elle était appelée « Madame », connue pour son fort caractère et la conséquente correspondance qu’elle entretint tout au long de sa vie.

L’ouvrage utilise la narration à la première personne et quelques extraits de lettres imaginés pour faire entrer le lecteur dans la vie de celle que l’on nommait aussi La Palatine. Le ton charismatique du personnage s’annonce d’entrée. Vive, espiègle et un grand besoin d’action caractérise cette jeune fille qui va devoir se faire à l’étiquette. Son physique peu gracieux est aussi un élément qui la distingue des femmes présentes à la cour. Mais elle détient son propre charme, joue de ce qu’elle est, de sa force d’être naturelle et devient vite proche du roi lui même. Sa fougue est célèbre, son vocabulaire aussi et voilà une bonne introduction de ce « phénomène », établie dans les règles du roman pour la jeunesse. Si c’est une douce manière de mettre Madame en scène, elle suffit à attiser la curiosité sur une pétillante actrice de l’Histoire. Car oui, il est impossible de ne pas être séduit par cette princesse qui fait ses premiers pas à Versailles.

Présentation de l’éditeur :
Princesse Palatine
a tout juste 18 ans quand son destin bascule : elle va épouser le frère de Louis XIV ! Elle, la plus pauvre des princesses de Bavière, va ainsi devenir la deuxième dame du royaume de France… Et surtout, elle va entrer à la cour de Versailles, alors que son plus grand plaisir est de se promener seule dans la forêt, en robe de paysanne… Heureusement, elle se fait un ami : le roi.

***

Carla aux mains d’or
Carla habite Venise avec sa grand mère. Un jour, cette dernière lui annonce qu’elle doit se rendre à Paris pour tenter de sauver sa nièce Battistina qui est très malade. En effet, la jeune femme est adepte des simples et surtout héritière du don des Fiorentino. Malheureusement, Carla arrive trop tard. Elle se met alors au service de Anne-Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier en tant que couturière car elle excelle aussi dans cet art. Grâce à cette nouvelle vie, Carla fait la connaissance de Petit Louis, qui lui en apprend beaucoup sur la Grande Mademoiselle, d’Adrien de Champagne et de Colomba, une petite fille dont les jours sont comptés, à moins qu’elle seule ne s’occupe d’elle…

La duchesse de Montpensier était la cousine germaine de Louis XIV qu’elle faillit d’ailleurs épouser. Alors qu’elle était amoureuse du duc de Lauzun, le roi leur a interdit de se marier et a fait enfermer cet homme. La duchesse n’a réussi à le faire libérer qu’en offrant plusieurs de ses terres au duc du Maine, le fils légitime du Roi Soleil. Mais finalement, elle fut peu heureuse en amour. L’histoire de Carla la mène auprès de cette femme alors que celui qu’elle aime est encore en prison. Rapidement, la duchesse comprend le don qu’à Carla pour soigner les gens. Toutes les deux, complices, elles vont s’opposer aux médecins de leur temps et à leurs traitements comme, par exemple, la saignée. Carla se lance à corps perdu sur la route de ce que le dix-septième siècle appelait la «sorcellerie». Au risque d’être accusée injustement, elle se dévoue à la guérison de Colomba. Ses bonnes intentions sont perturbées par des trahisons, des complots, une histoire d’amour et aussi par l’entêtement du roi qu’ Anne-Marie Louise ne cesse de vouloir briser. La cour ouvre là ses bras à un personnage doux et courageux, à un être curieux et beau qui donne un merveilleux souffle à cet ouvrage riche en Histoire et en aventures.

Présentation de l’éditeur :
Mars 1681. Carla a dix-sept ans. Elle doit quitter Venise, sa ville, pour Versailles et la cour du Roi Soleil. Grâce à sa chère grand-mère, Carla connaît la médecine des plantes, et elle a aussi hérité d’un don extraordinaire, qu’elle doit garder secret… À Versailles, elle entre au service de la Grande Mademoiselle. Cette duchesse apprécie beaucoup sa nouvelle couturière, mais elle ne tarde pas à s’apercevoir que la jeune fille possède bien plus que des doigts de fée… elle a des mains d’or.

***

Le château des fantômes, Tome 5
Lors de leur cinquième aventure dans le temps, Balthazard, Cléo et Grodof viennent en aide à Fanchette. Celle-ci doit absolument apporter un paquet au roi, Louis XIV, avant la tombée de la nuit. Si elle échoue, sa famille vivra dans la misère. Si sa mission n’est pas compliquée, il n’est pourtant vraiment pas facile pour le peuple d’atteindre le Roi Soleil. Heureusement, Balthazard a dans ses poches quelques pièces qui vont leur faire gagner un temps précieux.

Sophie Marvaud emmène ses lecteurs à la rencontre des splendeurs qu’il était possible de vivre à la cour de Versailles. Ici, le château comme ils le connaissent n’existe pas encore. Le roi, plus rayonnant que jamais, joue sur les planches et les fontaines, les jardins, les sculptures éblouissent. Il y a aussi les lendemains incertains des personnes comme Fanchette. Ce personnage, que sa quête rend très attachante, permet de faire comprendre à quel point le quotidien pouvait être, fatigant, rude bien loin des représentations théâtrales, des promenades, de parties chasse ou des grands dîners aux côtés du monarque. La surprise du Roi Soleil est une exploration courte mais, comme d’habitude dans Le château des fantômes, passionnante. Il y a l’aventure, les faits, les déductions à faire, toute une vie à découvrir et à vouloir saisir mieux par la suite. Une série plébiscitée par les historiens.

Présentation de l’éditeur :
En touchant un soulier d’or, Cléo, Balthazard et Grodof se retrouvent à Versailles. La jeune Fanchette doit absolument remettre le soulier de Louis XIV pour que celui-ci paie son père, un pauvre cordonnier. Mais le roi est introuvable…

 

Featherduster

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s