Dans la forêt de Hokkaido

EN LIBRAIRIE LE 30 AOÛT 2017

Quand Julie s’endort chez elle, en France, elle se « réveille » dans le corps d’un petit garçon perdu dans la forêt de Hokkaido. Il y a été abandonné par ses parents et doit attendre qu’on le retrouve. Il ne sait pas que quelqu’un d’autre le guide pour survivre dans cet environnement où les racines ne sont pas comestibles et où un ours attend de faire de lui son repas. Pour cela, Julie doit faire attention à l’heure à laquelle elle se couche pour que celle-ci coïncide avec le lever du soleil au Japon. Elle doit aussi gérer les inquiétudes de ses parents qui arrivent très vite depuis une crise que la jeune fille a eue étant enfant. En ce moment, ces rêves qui n’en sont pas l’affaiblissent grandement et le temps pour sauver le garçon est compté.

Dans la forêt de Hokkaido est inspiré d’un fait divers. En 2016, au Japon, des parents ont bien fait croire à leur enfant insupportable qu’ils l’abandonnaient sur le bord de la route, le faisant sortir de la voiture et s’éloignant. Le temps de revenir sur leur pas, Yamoto, 7 ans, avait disparu. Il a survécu, son histoire « a provoqué une vague d’émotion et soulevé des débats passionnés dans tout le Japon ». Dans ce roman, Eric Pessan a décidé de retrouver Julie, qu’il avait mise en scène dans Plus haut que les oiseaux et Et les lumières dansaient dans le ciel. Il continue de la façonner à travers ce récit qui rappelle que les êtres de la planète Terre sont connectés, qu’il faut parfois tenter de se mettre à la place d’autrui, qu’il faut qu’il y ait un transfert d’énergie entre ceux qui vont bien, qui ont tout et ceux qui ont besoin d’aide. Cela, peu importe la forme de l’énergie. Ici, elle est surnaturelle. Mais la voilà qui donne envie de réaliser ce qu’il se passe autour du monde, de réaliser des choses concrètes plutôt que de seulement engloutir les informations qui pleuvent, qui noient, qui sont noyées, sans qu’elles créent aucune analyse ou attitude. L’auteur d’Aussi loin que possible a une très belle écriture. Son ouvrage est mystérieux et envoûtant en plus d’être un hymne à l’humanité qui sommeille en chacun.

Présentationde l’éditeur :
Les anges gardiens n’existent pas qu’en rêve, le saviez-vous ? Lorsque Julie plonge dans le sommeil, son monde bascule. L’adolescente se retrouve dans la forêt de l’île japonaise d’Hokkaido, reliée physiquement à un petit garçon de sept ans. Abandonné par ses parents, il erre seul, terrifié, et risque de mourir de froid, de soif et de faim. Quel est le lien entre Julie et l’enfant perdu ?

Du même auteur :


13 réflexions sur “Dans la forêt de Hokkaido

  1. Oh ben dès que ça concerne le Japon (même partiellement), ça me parle, forcément ! Il faudra que je regarde ce livre de plus près, j’aime beaucoup l’idée de l’intrigue.

    Aimé par 1 personne

  2. j’adore l’écriture d’Eric Pessan. Je n’avais pas vu passer ce titre mais je le note avidement. Je me souviens également très bien de ce fait divers atroce. Bon sang mon estomac n’avait fait qu’un tour et ma fille m’avait demandé si je pourrais la punir en la laissant ainsi au bord de la route ! Quelle horreur !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s