Romans français

Plonger

Paz et César ont vécu une histoire d’amour aussi belle que complexe. César veut raconter à son fils comment ils se sont connus, aimés, comment ils ont vécu, apprécié l’art et les voyages ensemble, quel projet de livre ils avaient avant que Hector ne vienne au monde et de quelle manière leur relation s’est étiolée. S’il fait cela, c’est parce que Paz n’est plus. « Ils l’ont retrouvée comme ça. Nue et morte. Sur la plage d’un pays arabe. Avec le sel qui faisait des cristaux sur sa peau ». Elle était photographe, belle, libre, ne voulait pas vraiment d’enfant et désirait parcourir le monde. César, lui, traumatisé, avait peur de quitter l’Europe, voulait fonder une famille avec la femme qu’il aimait plus que tout, qui l’a fasciné dès qu’il a posé les yeux sur elle. Aujourd’hui, si César reprend tout depuis le début, c’est aussi parce qu’il veut comprendre pourquoi une telle tragédie est arrivée, il veut savoir, veut pouvoir expliquer à son fils pourquoi il n’a plus de mère. De la rencontre à l’identification, du bonheur à la découverte de l’endroit où Paz avait décidé de se réfugier.

Dans Plonger, Christophe Ono-dit-Biot raconte la passion et les désillusions, les forces et les faiblesses d’un couple du vingt-et-unième siècle. La personnalité de chacun est forte mais confrontée à un certain monde. Les désirs et les besoins de liberté ne sont pas les mêmes. Tout cela mène au magnifique et au tragique. Le récit de César, puisqu’il en est le narrateur, est riche d’amour, de douceur, de sensualité mais de peur et de violence aussi. Il est incroyablement plein d’un savoir sûr d’un côté et d’incertitudes et d’incompréhensions déchirantes de l’autre. En effet, l’art et la culture ont une grande place dans ce texte touchant et vrai. Ils font face à de justes réflexions sur la société d’aujourd’hui. La plume est magnifique, absorbante, pareille à aucune autre. Cet ouvrage se déroule avant Croire au merveilleux, dans lequel César réalise son deuil et devient réellement père.

Présentation de l’éditeur :
Ils l’ont retrouvée comme ça. Nue et morte. Sur la plage d’un pays arabe. Avec le sel qui faisait des cristaux sur sa peau. Une provocation. Une invocation. À écrire ce livre, pour toi, mon fils. » Un homme enquête sur la femme qu’il a passionnément aimée. Elle est partie il y a plusieurs mois, pour une destination inconnue, le laissant seul avec leur petit garçon. Quand le roman s’ouvre, on l’appelle pour lui dire qu’on l’a retrouvée morte, sur une plage, près des vagues, vraisemblablement noyée, dans un pays lointain au paysage minéral qui pourrait être l’Arabie. Elle était artiste, elle s’appelait Paz. Elle était solaire, inquiète, incroyablement douée. Elle étouffait en Europe. Pour son fils, à qui il doit la vérité sur sa mère, il remonte le fil de leur amour – leur rencontre, les débuts puis l’ascension de Paz dans le monde de l’art, la naissance de l’enfant – et essaie d’élucider les raisons qui ont précipité sa fin.

***

Croire au merveilleux
Présentation de l’éditeur :
« Je veux bien avoir été distrait ces temps-ci, mais je sais que si j’avais croisé cette fille-là dans l’ascenseur ou le hall d’entrée, je m’en serais souvenu. Et puisque je me souviens d’elle, c’est que je l’ai vue ailleurs. » César a décidé de mourir. Mais une jeune femme sonne à sa porte et contrarie ses plans. Étudiante en architecture, grecque, elle se prétend sa voisine, alors qu’il ne l’a jamais vue. En est-il si sûr ? Pourquoi se montre-t-elle si prévenante envers lui, quadragénaire en deuil de Paz, la femme aimée, persuadé qu’il n’arrivera pas à rendre heureux l’enfant qu’ils ont eu ensemble, et qui lui ressemble tant ? Pourquoi est-elle si intéressée par sa bibliothèque d’auteurs antiques ? D’un Paris meurtri aux rivages solaires de l’Italie en passant par quelques îles proches et lointaines, Croire au merveilleux, en dialogue intime avec Plonger, est l’histoire d’un homme sauvé par son enfance et le pouvoir des mythes. Un homme qui va comprendre qu’il est peut-être temps, enfin, de devenir un père et de transmettre ce qu’il a de plus cher.

Lectures d’août 2017

Publicités

4 réflexions au sujet de « Plonger »

    1. Cela m’a fait grand plaisir de vous offrir ce livre, Nancy. C’est un franc coup de cœur, merci pour votre commentaire car j’ai toujours énormément de mal à parler des livres que j’ai énormément aimés (c’est souvent pour divers et très différentes raisons et l’expliquer est assez ardu, toutes mes émotions ne peuvent être dans ce billet). ❤

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s