C'est lundi, je dépoussière...

C’est lundi, je dépoussière…

C'est Lundi, je dépoussière..

Chaque lundi, Entre Les Pages vous propose d’anciens articles dont le texte et la mise en page ont été rafraîchis. Qu’il y ait 2, 3, ou 4 articles, le but est de vous faire découvrir ou redécouvrir des livres très différents. J’espère que cela vous plaira ! Vous pouvez lire et commenter les avis ici, ils se trouvent à la suite les uns des autres, ou cliquer sur les couvertures ci-dessous pour accéder aux chroniques en elles-mêmes. Belle lecture à tous ! Au programme aujourd’hui :

UNE ÉDITION SPÉCIALE MYTHOLOGIE – Partie 2/2

Œdipe, le maudit
Œdipe est le héros qui a su résoudre l’énigme de la sphinx et qui sauva ainsi Thèbes. En cadeau, on lui donna Jocaste, veuve de Laïos, pour épouse. Sans le savoir, Œdipe épousa alors sa mère et lui donna quatre enfants. Ce personnage de la mythologie qui connut maintes adaptations, représentations, servit de modèle à Freud, fondateur de la psychanalyse, est mis en avant ici par Marie-Thérèse Davidson pour les Histoires noires de la mythologie.

Le récit est en effet sombre et stressant. Il crée de l’embarras voire de la colère tant le lecteur se retrouve impuissant face à l’acharnement que subit Œdipe tout au long de l’histoire. Son destin était également de commettre un parricide. La fatalité s’abat sur lui et elle est le thème fort et frustrant qui porte cette lecture qui n’est pas seulement passionnante mais aussi essentielle.

Présentation de l’éditeur :
Œdipe a juste le temps d’entrevoir dans l’ombre le visage enfantin, crispé par l’effroi, d’une toute jeune fille, quand un bruit fracassant lui fait lever la tête. Il entend à peine la jeune fille refermer la porte en sanglotant. Assis maintenant face à lui, devant la muraille, un monstre venu du ciel replie tranquillement ses ailes immenses, eu fixant Œdipe avec un sourire ironique.

***

Œdipe, l’enfant trouvé
Œdipe, l’enfant trouvé est un album d’Yvan Pommaux sur le thème de la mythologie tout comme  Orphée et la morsure du serpent, Ulysse aux mille ruses, Thésée, comment naissent les légendes. Plus que de partage, il s’agit aussi ici de transmission grâce à l’histoire qu’un grand-père raconte à ses petits enfants. Parce que le roi Laïos a voulu éviter les prédictions de l’oracle d’Apollon, il abandonne son fils, les pieds liés sur le Mont Cithéron. Malheureusement, c’est cette réaction qui va sceller le destin tragique de sa famille. L’enfant est retrouvé puis élevé par d’autres parents : le roi et la reine de Corinthe. Après un coup de folie et le meurtre d’un homme qu’il ignore être son père, celui qui fut nommé Œdipe part sur les routes et décide de résoudre l’énigme du Sphinx qui empêche tout accès à la ville de Thèbes. Devenu alors un vrai héros, il épouse la reine Jocaste… sa mère.

Si le nom d’Oedipe est associé au mot de complexe dans tous les esprits, il est nécessaire que tout un chacun assimile le point de départ de cette interprétation psychanalytique. Grâce à l’auteur de cet album aux formes et couleurs impeccables et au texte clair et absorbant, les enfants peuvent découvrir facilement qui était ce descendant des Labdacides, comment les dieux et le malheur ont joué avec lui. Plus il est conté, plus cet épisode de la mythologie grecque semble terrible. Il ne peut que toucher et passionner, imprégner les lecteurs d’un monde aux innombrables et inoubliables paysages qui ne pourront plus le quitter.

Présentation de l’éditeur :
Œdipe ? Aujourd’hui on le connaît surtout à cause de son fameux  » complexe « , cher aux psychanalystes. Mais il est d’abord le héros d’un des drames les plus sombres de la mythologie grecque. Enfant abandonné, recueilli par le roi et la reine de Corinthe, il grandit dans le luxe et les honneurs avant d’être victime de la terrible malédiction qui pèse sur lui depuis sa naissance : à cause d’elle, il tuera son père et épousera sa mère, sans savoir qu’il est leur fils. Apprenant la vérité, il se crève les yeux et mène désormais sur les routes une existence de vagabond…

***

Zeus à la conquête de l’Olympe
Cronos ayant déjà avalé leurs quatre autres enfants, Rhéa décide de confier le dernier né, Zeus, aux nymphes et de le remplacer par une pierre qui dupera son époux. Sa ruse fonctionne, le garçon grandit et apprend auprès des nymphes. Il garde toujours en tête de libérer ses frères et sœurs. Une fois qu’il a réussi, tous s’allient aux Cyclopes ainsi qu’aux Hécatonchires (des créatures qui ont cent bras et cinquante têtes chacun, les enfants de Gaia et d’Ouranos) pour vaincre les titans dont Cronos fait partie. Peu à peu Zeus s’installe comme le roi des dieux, il attribue à chaque dieu un rôle sur Terre et, pour ne pas qu’ils s’ennuient, leur conseille de surveiller les humains qui, certainement, bâtiront des autels en leur nom !

Zeus est aussi celui qui a, à son tour, avalé sa femme, Métis, pour ne pas se faire voler sa place par son futur fils. De sa tête naîtra Athéna qui n’a pas cessé de se développer en sa mère. Zeus finira par épouser Héra, sa sœur, et leurs disputes animeront l’Olympe. Tout n’est pas que lumière chez les Dieux et cet ouvrage de la collection des Histoires noires de la mythologie chez Nathan le prouve encore une fois. Si Zeus est un bon dieu, il est tout de même prêt à sacrifier beaucoup pour garder sa place. Le lecteur assiste à ses décisions, à ses réflexions. C’est un personnage ambitieux qui fait parfois grimacer mais qui captive inexorablement. Il est impossible d’imaginer le monde des dieux sans lui. Il est donc primordial de découvrir son histoire. Hélène Montardre le présente dans toute sa splendeur et son intelligence, sa force, des éclairs – son foudre – à la main, dirigeant avec malignité son royaume. Chaque chapitre réserve ses surprises, il faut se laisser emporter par ces êtres si éloignés mais pourtant si proches.

Présentation de l’éditeur :
Un jour, il partirait. Il dévalerait les montagnes, il franchirait la mer, il retrouverait ce père abominable : Cronos ! Celui qui n’avait pas voulu de lui ! Il se dresserait devant lui, il le défierait, il l’anéantirait. Alors, il régnerait sur le monde !

***

 

Les douze travaux d’Hercule
La collection Petites histoires de la mythologie permet aux jeunes lecteurs de découvrir les héros de la mythologie et leurs aventures les plus connues, les plus racontées. Tout comme pour les Histoires noires de la mythologie et les Histoires de la Bible (Caïn, le premier meurtre), les éditions Nathan complètent les romans par un petit dossier. Cette œuvre ici présente apprend, entre autres choses fascinantes, que le fils de Zeus et Alcmène, une mortelle, devait normalement réaliser dix travaux. Parce qu’il a obtenu de l’aide pour tuer l’Hydre dont les têtes repoussent une fois tranchées et demandé une récompense pour avoir nettoyé les écuries d’Augias, son cousin Eurysthée ne compte pas ces labeurs dans ses tâches. De plus, ce dernier compte bien sur ces épreuves pour se débarrasser d’Hercule. C’est la Pythie qui a dit à Hercule de se rendre chez lui pour douze années après les meurtres de sa femme Mégara et de leurs fils qu’Héra, jalouse des infidélités de son mari, l’a incité à commettre. Si Alcide, dit aussi Héraclès puis Hercule, réussit ses missions, c’est grâce à sa force certes, mais aussi grâce à son intelligence et à sa ruse.

A peine soixante pages relatent les périlleuses aventures de ce personnage révéré. Hélène Montardre (Zeus à la conquête de l’Olympe) les présente avec une énergie efficace. Comme il est excitant de voyager, de rencontrer les Amazones mais également des bêtes comme le Sanglier d’Erymanthe, les oiseaux du Stymphale, ou de rêver à des objets comme les pommes d’or du jardin des Hespérides. Voilà un moment de lecture bref mais généreux qui rend très très curieux !

Présentation de l’éditeur :
Hercule doit accomplir les douze travaux que lui a confiés son cousin, le roi Eurysthée. Le voilà parti aux quatre coins du monde connu, affrontant les pires monstres, collectant les objets les plus précieux et relevant les défis les plus impossibles… Sa force et son courage lui suffiront-ils pour réussir ses terribles missions ?

***

Romulus et Rémus, les fils de Mars
Recueillis par Faustulus et Accia Laurentia, les jumeaux Romulus et Rémus, fils de la vestale Rhéa Silvia et du Dieu Mars, décident de fonder une ville, un endroit où tout homme qui veut changer de vie pourra venir s’y installer. Qui ne connait pas l’histoire de Romulus et Rémus ? Qui n’a pas été choqué par Romulus en colère tuant son frère? Mais qui n’est pas inlassablement captivé par cette histoire qui est aussi celle de Rome !?

De la capture de Rémus par les hommes de Numitor, au décisif passage de l’autre côté de la muraille de ce frère et le terrible enlèvement des Sabines, Guy Jimenes retrace toute la légende des jumeaux dans cet ouvrage accessible, riche en détails et même en suspense. La noirceur et l’enchantement savent se mêler avec justesse dans ce vingt-troisième épisode des histoires noires de la mythologie qui s’avère, lui aussi, ensorceleur et indispensable.

Présentation de l’éditeur :
Un jour de printemps, une louve recueille deux bébés abandonnés. Il s’agit des jumeaux Rémus et Romulus, les petits-fils de Numitor, dont le frère Amulius a usurpé le pouvoir. Devenus adultes, les jumeaux décident de créer leur propre ville. Mais les deux frères sont en désaccord, et Romulus en vient à tuer Rémus. Seul, il fonde la ville de Rome, et organise l’enlèvement des Sabines pour la peupler de femmes. C’est le début de guerres qui le mènent à partager le pouvoir qu’il a tant espéré…

***

Si Thésée n’a pas épousé Ariane, il s’est ensuite marié avec la sœur de cette dernière, Phèdre. Avec elle, il a eu un fils : Démophon. Il est en grande partie le narrateur du Secret de Phèdre, ce récit qui commence lors qu’Aphrodite, déesse de l’amour, des plaisirs et de la beauté, rend Phèdre folle d’amour pour son beau-fils afin de le punir lui parce qu’il préfère vénérer Artémis.

Il est très agréable d’être accompagné par Démophon et ses yeux d’enfants qui ne demande qu’à aimer et à être aimé pour découvrir le palais de Trézène et toute l’agitation qu’il contient. Le lecteur y rencontre Althée, la servante de Phèdre qui aime sa maîtresse de manière inconditionnelle, mais aussi Hippolyte, le fils de Thésée et d’une amazone avec qui les relations sont délicates. À travers un texte clair et fort, Valérie Sigward parle d’amour, de haine et de vengeance jusqu’aux terribles décisions qui peuvent être prises par une âme qui ne sait plus écouter tant elle est pétrie de tristesse. Comme c’est beau et effrayant en même temps !

Présentation de l’éditeur :
« – Ce n’est pas mon cœur qui parle, il est froid. Quelque chose s’est emparé de moi, une force obscure me possède, je n’ai plus qu’une seule idée, être ici à Trézène. J’ai fait semblant, de croire que j’ignorais pourquoi… »

Featherduster

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s