Autres partenariats·Partenariats·Romans jeunesse

Jefferson

Jeffersson est un hérisson. Il vit au pays des animaux. Un matin, il décide d’aller se faire rafraîchir la houpette. Il enfile donc son veston, met du parfum et ses chaussures, programme la cuisson de ses pommes de terre, glisse le livre qu’il doit rendre à la bibliothèque dans son sac à dos et part pour Défini-Tif, le salon de coiffure tenu par Edgar, un blaireau « placide et débonnaire ». À son arrivée, Jefferson est surpris : tout est fermé et personne ne répond. Et si Mademoiselle Carole était en danger ? Le hérisson se faufile par l’arrière de la maison pour atteindre le salon. Là, il voit qu’une chèvre dort sous un casque et que M. Edgar est étendu sur le sol. Il a été poignardé à mort ! Jefferson est en train de retirer l’arme de son corps lorsque Mme Kristiansen se réveille. Pris de peur et de panique, Jefferson s’enfuit. Tout le monde va penser qu’il est le coupable, c’est certain. La seule solution est de chercher le vrai coupable lui-même. Heureusement, son meilleur ami Gilbert est là et il est plein de ressources. Heureusement, car l’aventure dans laquelle ils se lancent n’est pas sans danger. Surtout, elle les conduit au pays des hommes…

Jefferson est un roman que l’excellent Jean-Claude Mourlevat dédie à ses enfants qui lui « ont ouvert les yeux ». Il mène en effet ici un combat qui met en avant les rapports entre les hommes et les animaux. Ces derniers sont torturés, tués et mangés depuis toujours alors qu’il semble y avoir bien d’autres types de nourriture capables d’assurer la survie de l’être humain. L’auteur les défend, offre sa voix à la cause en inventant et en faisant vivre des petits personnages extraordinairement drôles et touchants, en leur offrant des péripéties géniales, pleines d’action et de surprises au cœur d’un texte qui se lit comme un polar. Il a tendu vers eux sa plume magique et subtile. La poule Clarisse, le sanglier Walter Schmitt ou la lapine Simone sont absolument irrésistibles et rendent la lecture exquise.

Présentation de l’éditeur :
Jefferson, jeune hérisson plein d’entrain, vit au pays des animaux. Ce matin-là, il se rend chez le coiffeur, car il est grand temps de se faire rafraîchir la houppette ! Mais en arrivant au salon Défini-Tif, Jefferson découvre une scène terrifiante : Edgar le blaireau, son coiffeur, est parterre, une paire de ciseaux plantée dans la poitrine…Qui a commis ce crime abominable ? L’enquête mène au pays des hommes. Hélas.

Lectures de février 2018

Publicités

2 réflexions au sujet de « Jefferson »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s