Daphné du Maurier·Romans étrangers

Les Oiseaux et autres nouvelles

Les Oiseaux a été lu avec le club de lecture pour le 17 mars 2018.

Des oiseaux qui s’en prennent aux hommes et les tuent, une marquise qui s’ennuie et prend un amant, un voisin qui observe la famille d’à côté et commente la drôle de façon de vivre de ses membres, une femme qui part en balade et qui retrouve sa maison habitée par d’autres gens à son retour, un jeune homme qui tombe fou amoureux d’une ouvreuse de cinéma qu’il suit dans les cimetières, et une femme enceinte à l’existence parfaite qui se suicide. Tels sont les personnages qui peuplent le recueil de nouvelles Les Oiseaux, de Daphné du Maurier.

Le texte sublime qui inspira Alfred Hitchcock est le point de départ de ce livre qui utilise la métaphore, le suspens, le mystère, la peur, les regrets, la culpabilité, le meurtre, le chantage, l’acceptation, l’amour, la liberté, la famille pour rythmer des narrations oppressantes, surprenantes, excitantes, dérangeantes et prenantes. La plume de l’auteur est parfaite et unique. Elle demande à l’intelligence, à l’imagination et à l’interprétation du lecteur d’être sans cesse sur le qui-vive pour qu’il s’interroge sur sa position dans le monde, sur sa vision de celui-ci, sur les conséquences que certains actes peuvent avoir sur le reste de leur vie ou sur les secrets gardés, entre autres thématiques présentes ou perçues. Dans chaque récit, il y a une tension qui va jusqu’à son extrême. À chaque fois, le lecteur croit aussi comprendre, voir où les choses mènent ou du moins savoir certaines choses que les protagonistes ignorent. Mais à la fin de chaque récit, il y a l’étonnement, les questions, la réflexion et les pistes qui s’ouvrent. On a joué avec lui aussi et sa lecture ne fait en réalité que commencer. C’est sûrement cela, être face à du génie.

Présentation de l’éditeur :
Au cœur de la nuit, le vent d’est cingle la falaise. Entre deux rafales, des nuées d’oiseaux cognent aux vitres. Mais ce n’est pas la peur qui les précipite avec une telle force vers le monde des hommes… On retrouvera ici – et pas moins terrifiant – le récit qui inspira son chef-d’œuvre au maître de l’angoisse, Alfred Hitchcock. Dans les autres nouvelles de ce recueil, l’horreur se fait plus insidieuse, le fantastique à peine étranger au réel. Il suffit d’un pommier à forme étrangement humaine, ou d’une ouvreuse de cinéma qu’un jeune mécanicien a envie de suivre après la séance… Et la grande romancière anglaise, auteur de Rebecca et L’Auberge de la Jamaïque, nous entraîne vers le mystère à petits pas, à petites touches, au gré d’une écriture subtile, singulièrement moderne.

Du même auteur sur ce blog :

Challenge Daphné Du Maurier 02 Challenge Daphné Du Maurier 01

6 réflexions au sujet de « Les Oiseaux et autres nouvelles »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s