Romans étrangers

Ready Player One

En 2044, la planète Terre est pauvre, a faim. Les plus démunis vivent dans des « piles », dans des caravanes entassées les unes sur les autres et pouvant s’écrouler à n’importe quel moment. Comme Wade, 17 ans, orphelin, vivant avec sa tante et son petit ami du moment. Pour échapper à un quotidien noir et dangereux, le jeune homme se réfugie dans un endroit connu de lui seul et dans lequel il a installé son matériel pour se connecter à l’OASIS. L’OASIS est un univers virtuel dans lequel chacun peut avoir l’apparence et l’existence qu’il souhaite. Une grande partie de l’humanité y passe donc ses journées. Lorsque son créateur, James Halliday, est mort, il a annoncé avoir dissimulé un « Easter Egg » à l’intérieur de l’OASIS. Celui ou celle qui sera capable de le retrouver deviendra riche, très riche. Alors que la quête dure depuis trois ans et s’essouffle peut-être un peu dans le cœur de certains, Wade, qui connait absolument tout de Halliday, a trouvé la première clé sur les trois qui le mèneront à ce fameux « Oeuf de Pâques ». La chasse reprend alors de plus belle. Elle fait s’affronter les passionnés qui évoluent grâce à leurs recherches, à leur réflexion et à leur courage, et IOI, une multinationale rêvant de contrôler l’OASIS. L’unité entre Wade, alias Parzival, et d’autres joueurs comme son comparse de toujours, Aech, la belle Art3mis, Shoto et Daïto est donc finalement inévitable pour préserver la création et le rêve de James Halliday, ce passionné de la culture des années 80.

Ready Player One est un roman de science-fiction d’Ernest Cline dans laquelle une bataille épique se mène au rythme de références musicales, cinématographiques et vidéo ludiques. Un hommage à grand échelle est en effet livré ici. Il y a de quoi apprendre, de quoi se souvenir et revivre, de quoi vouloir découvrir. De l’histoire du premier jeu vidéo à une visite à l’intérieur de Blade Runner, en passant par la possession d’une Dolorean, ou des extraits ou allusions à J.R.R Tolkien, Ghostbusters, Street Fighter, Monty Python, Bon Jovi, The Dark Crystal, Superman, Pac-Man Fever, The Tempest et tant, tant d’autres. Le récit est fluide, empli de longues mais nécessaires et passionnantes descriptions. L’action est omniprésente, les surprises sont nombreuses. Le lecteur se sent comme un avatar en voyage lui aussi dans l’OASIS et le séjour aux côtés des héros de cette fiction imposante et habilement ficelée est grisant. L’aventure se poursuit au cinéma avec l’adaptation de Steven Spielberg, à la fois fidèle et libre pour un merveilleux rendu à l’image.

Présentation de l’éditeur :
2044. La Terre est à l’agonie. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l’OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l’OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l’OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars ! Multinationales et geeks s’affrontent alors dans une quête épique, dont l’avenir du monde est l’enjeu. Que le meilleur gagne…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s