Partenariats·Partenariats Oskar·Romans jeunesse

Alcatraz Indian Land

Le vrai nom de Marilyn Miracle est Little Bird. Adolescente, elle vivait dans une réserve. Après le suicide de sa meilleure amie, pour l’empêcher de tomber dans l’abîme, on l’a confiée à un homme. Il s’appelait Richard Oakes. Il l’a emmenée auprès de sa famille et l’a enrôlée dans son projet : construire une université indienne sur l’île d’Alcatraz. Le Red Power Movement est en marche et l’occupation de l’ancienne prison commence. Tout le monde s’organise, de l’aide arrive de partout, des célébrités font des dons financiers, des groupes de musique se produisent en concert. Le quotidien est rude mais Richard est un meneur hors pair et la volonté de chacun est plus forte que tout. Marilyn fait de belles rencontres, vit sa première histoire d’amour. Jusqu’à ce qu’un drame vienne faire basculer l’équilibre instauré depuis plusieurs mois, le point de départ de ce qui était toute façon inéluctable.

Alcatraz Indian Land est un court roman dans lequel Elise Fontenaille explique l’occupation d’Alcatraz par des Amérindiens qui dura de novembre 1969 à juin 1971. Le ton est plus informatif que littéraire mais il faut transmettre avant tout, il faut que cet événement soit connu, que la cause indienne reste dans les mémoires. D’ailleurs, c’est dans une lettre à sa petite fille que Little Bird raconte son histoire. L’image, le message sont là. La vieille dame décide de le faire parce qu’on lui demande de revenir sur l’île pour l’anniversaire de l’occupation. Elle s’ouvre, se libère alors enfin, fait quelques révélations. Presque tout est vrai dans cet ouvrage dans lequel le jeune lecteur apprend beaucoup de choses. Elise Fontenaille a aussi écrit Kill the Indian in the Child. Ces deux romans sont disponibles aux éditions Oskar.

Présentation de l’éditeur :
En 1969, un groupe de jeunes activistes amérindiens, mené par Richard Oakes – leader charismatique voué à une fin tragique -, rêve de transformer Alcatraz, la fameuse prison abandonnée, en un territoire indien, un Indian Land, et d’y créer une université pour toutes les tribus indiennes. Ils choisissent la date symbolique de Thanksgiving pour envahir l’île. Quarante-trois ans après, alors que la mairie de San Francisco souhaite célébrer l’anniversaire de l’occupation de la prison par les Indiens, Marilyn, dite « Little Bird« , se souvient de ce combat qui a conduit la naissance de l’Indian Pride

Du même auteur :

Oskar éditeur

Publicités

5 réflexions au sujet de « Alcatraz Indian Land »

  1. J’ai découvert les Adirondacks cet été, ces montagnes qui furent le berceau de la culture indienne dans l’état de New York. Ce roman résonne donc fortement !
    Merci pour la découverte, Pauline !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s