Anne-Marie Desplat-Duc·Partenariats·Partenariats Flammarion/Casterman·Romans jeunesse

Marie-Antoinette et ses sœurs, Tome 3

Avant d’être reine de France, Marie-Antoinette a été une enfant joyeuse, curieuse, vive, qui vivait à Vienne avec ses frères et sœurs. Celle qu’on appelait alors Antonia était la plus jeune fille des seize enfants de Marie-Thérèse de Habsbourg et François-Etienne de Lorraine.

Marie-Antoinette a désormais 10 ans. Elle profite des feux d’artifice, des danses, de la neige, de son petit chien Mops, des animaux de la ménagerie. Elle aime beaucoup s’amuser et heureusement qu’elle peut trouver du réconfort dans ces activités. Car les mariages ne sont pas toujours heureux et d’autres événements bien plus dramatiques, viennent ébranler la famille impériale. Les chose changent ! Marie-Antoinette ne sait toujours pas à qui sa mère la mariera, elle profite de cette liberté qu’elle a pour un temps seulement pour oublier son chagrin comme elle le peut. Ses sœurs et ses amies sont aussi là pour la soutenir et cela la soulage beaucoup.

Les aventures de la jeune Antonia continuent. Anne-Marie Desplat-Duc fait profiter ses lecteurs de l’enfance de la future reine de France en avançant à petits pas dans le temps, mais assez pour que les choses évoluent. Il y a beaucoup d’émotion dans Premiers tourments, troisième tome de la série, et quelques éléments offerts par-ci par-là laissent place à une grande curiosité pour la suite. Surtout que cette dernière, s’intitule Adieu, Vienne !

Présentation de l’éditeur :
Entre les voyages, les balades en traîneaux dans la neige et les nouveaux animaux de la ménagerie, Marie-Antoinette s’amuse bien ! Mais une série de drames vient bouleverser la famille impériale. Heureusement, Marie-Antoinette a du caractère et elle mettra tout en œuvre pour retrouver sa joie de vivre.

***

***

2 réflexions au sujet de « Marie-Antoinette et ses sœurs, Tome 3 »

  1. Je suis une grande fan de Marie-Antoinette (si, si) d’ailleurs des générations d’élèves savent que je ne me sépare jamais (dans ma salle de classe) de ma reproduction d’un tableau de madame Vigée-Lebrun. Je lirai donc cette série un jour.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s