Romans français

La vraie vie

La narratrice de cette histoire vit avec ses parents et son petit frère, Gilles, dans un lotissement où les maisons sont toutes les mêmes – même si la décoration, l’entretien et les habitants diffèrent et permettent immédiatement de les différencier. Chez elle, il y a une chambre pour elle, une chambre pour Gilles, une chambre pour ses parents et une chambre pour les animaux tués par son père, chasseur. Celui-ci également un homme très violent dans ses paroles et dans ses gestes, la terreur règne à la maison. L’après-midi, Gilles et sa sœur jouent dans les carcasses de voiture et aiment aller s’acheter une glace lorsque le camion du marchand dans la rue. Un jour, un terrible accident casse la routine, le réconfort possible, le présent parfois difficile mais dans lequel un équilibre s’était néanmoins établi.

Grand témoin de la tragédie, Gilles ne sourit plus, ne dort plus avec sa sœur et s’intéresse de manière malsaine à la mort. Celle qui a décidé de vouer son existence à la protection de son petit frère décide qu’elle fera tout pour pouvoir revoir ses dents de lait étinceler entre ses lèvres. Même si elle doit pour cela inventer elle-même une machine à remonter le temps.

La vraie vie est le premier roman d’Adeline Dieudonné. Il s’agit d’un récit initiatique. Il est de ces ouvrages qui emportent, qui se lisent d’une traite, qui marquent, qui est qualifié de « roman coup de poing ». Le style de l’auteur frappe en effet en plein cœur avec des mots impeccables pour décrire des scènes dures ou des rêves qui donnent des ailes. Le réel, le toxique, le glauque, le sinistre, le loufoque, le drôle, le dérangeant, le bienveillant s’entrelacent à la perfection et sont extrêmement bien dosés, tous à leur place au bon moment. Le lecteur a souvent mal au ventre et a presque constamment un poignard dans le cœur. Mais qu’il est captivé par cette histoire de perte d’innocence, d’évolution et de libération qui se déroule sur plusieurs étés ! Au final, le sentiment d’avoir fait un bout de chemin avec la narratrice est vraiment là. Il n’est pas si facile de la quitter. Elle laisse derrière elle une empreinte profonde et à chacun la force d’accéder à sa propre réalité.

Présentation de l’éditeur :
Chez eux, il y a quatre chambres. Celle du frère, la sienne, celle des parents. Et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. Un prédateur en puissance. La mère est transparente, amibe craintive, soumise à ses humeurs. Avec son frère, Gilles, elle tente de déjouer ce quotidien saumâtre. Ils jouent dans les carcasses des voitures de la casse en attendant la petite musique qui annoncera l’arrivée du marchand de glaces. Mais un jour, un violent accident vient faire bégayer le présent. Et rien ne sera plus jamais comme avant.

4 réflexions au sujet de « La vraie vie »

  1. Eh bien moi, je n’ai pas aimé ce livre et pour les raisons que tu avances : toxique, glauque, sinistre, loufoque, dérangeant…
    Merci pour ta participation à mon challenge. Tu es la première. Je suis content.
    Bonne semaine à toi.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s