The War Bride’s Scrapbook

Après The Scrapbook of Frankie Pratt (Le journal de Frankie Pratt), Caroline Preston récidive avec The War Bride’s Scrapbook. Ce dernier a moins de chance que son prédécesseur puisqu’il n’a pas eu droit à une version française. Quel dommage !

L’histoire ?
Il y a déjà beaucoup d’indices dans le titre. C’est bien celle d’une jeune mariée qui tient un « scrapbook » pendant que son mari est à la guerre.

1943Lila et Perry ont passé de délicieuses semaines ensemble, en tant qu’amis, quand Perry déclare sa flamme et fait sa demande. Lila accepte, il ne leur reste plus que cinq jours avant que Perry ne parte pour le front. Pour avoir l’impression qu’il est toujours à ses côtés, pour entretenir son amour, Lila tient décide de tenir un « scrapbook ». Elle y colle des publicités, des cartes postales, des extraits de journaux, des recettes de cuisine, les lettres de Perry et des babioles (« trinkets ») qu’il lui fait parvenir exprès.

La séparation est difficile. Cependant, Lila ne connaît pas vraiment celui qu’elle vient d’épouser. Et si elle acceptait d’aller vivre chez ses beaux-parents comme il le lui proposent ? Elle fait alors des rencontres importantes, symboliques.

Perry est ingénieur. Tandis qu’il détruit ou construit des ponts, Lila entre à l’école d’architecture. Les femmes y sont acceptées seulement parce que les hommes ne sont pas là ! Leur premier anniversaire de mariage, puis Noël arrivent. Perry n’est toujours pas rentré et les nouvelles ne sont pas toujours faciles à donner…

Et alors ?
The War Bride’s Scrapbook est une lecture originale et intelligente, délicieuse et émouvante.
À travers l’histoire de Lila et Perry, il y a tout un univers à scruter. Un univers bien malmené dans les années 40. Les acteurs de cette époque en garderont des traces profondes.

Perry plonge le lecteur dans les conflits. Il est à Londres, en Belgique ou encore en France, après la libération de Paris (pour les lecteurs français, le point de vue sur la situation est pour une fois celui d’un américain !). Il est ensuite décoré mais ne veut pas entendre parler de ces médailles.

Lila, elle, évolue dans une Amérique qui ouvre des portes aux femmes car elle n’a pas le choix. Mais la jeune femme s’accrochera aux possibilités qu’elle a dorénavant et ne retournera pas dans la cuisine comme les publicités le demandent aux épouses.

Il y a tant à découvrir dans The War Bride’s Scrapbook ! Pour qui veut se lancer dans une lecture hors du commun – les découpages sont incroyables ! Les ambiances sont palpables, c’est un retour dans le temps qui s’opère. Pour qui, tout de même, aime la culture américaine. Pour qui s’intéresse à l’Histoire. Pour qui aime les personnages forts qui ne font que prendre en substance tout au long du récit. Foisonnant et jouissif !

The War Bride’s Scrapbook est dans la liste des 21 de 2021 !

***

Vous vous souvenez du Journal de Frankie Pratt ?
LA CHRONIQUE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s