Farmer Boy

Farmer Boy est le deuxième livre de la série Little House, de Laura Ingalls Wilder. Il n’est pas question ici de la famille Ingalls, mais de la famille Wilder. Almanzo, le futur mari de Laura (qui n’est alors pas encore née), est encore un enfant. C’est son quotidien à lui que le lecteur suit. C’est un garçon très occupé qui jongle toute l’année entre l’école et les travaux à réaliser à la ferme. Ou plutôt entre toutes les tâches qu’il y a à réaliser à la ferme, l’école étant nécessaire mais tout de même secondaire tant il faut de la main d’œuvre dans les champs, la forêt ou la grange. Ceci dit, Almanzo aime tout ce travail, admire son père et désire devenir lui aussi fermier. 

Almanzo coupe du bois, récolte des pommes de terre, récupère, transporte et stocke de la glace, fait du beurre, des conserves, du savon ou des bougies avec le peu qui reste du cochon après d’innombrables découpes,  cuissons et transformations. Le garçon aime les chevaux, il aimerait en avoir un à lui. Il devient propriétaire d’un petit cochon. Il aime jouer dans la neige et glisser sur son traineau. Même s’ils se disputent de temps en temps, il est très proche de son frère, Royal, et de ses deux sœurs, Elisa Jane et Alice. Ses parents sont strictes mais justes et à l’écoute. Chez eux aussi, les histoires se racontent en famille, le samedi soir, au coin du feu. 

Farmer Boy est à mille lieues du quotidien des lecteurs d’aujourd’hui, mais il captive du début  à la fin. Principalement grâce aux événements qui s’enchaînent sans répit. Peut-être que le vrai Almanzo était tout de même un peu moins occupé que dans cet ouvrage où le repos n’est pas souvent de mise, mais quel bonheur de découvrir comment ces pionniers, ceux qui décidaient de ne dépendre que de leur travail, vivaient. Que de peur et de suspens quand il faut empêcher les récoltes de geler ! Quand Almanzo voit que l’arbre va lui tomber dessus ! Le garçon est rêveur, travailleur, obéissant, honnête. Son existence est pleine de surprises, joyeuses ou plus dramatiques, drôles ou tendues ; elle bat au rythme des saisons et des événements comme Noël ou la foire annuelle qui dure trois jours. Les illustrations de Garth Williams arrivent toujours à point dans le texte pour que le voyage soit juste parfait.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s