Arthur Ténor·Partenariats·Partenariats Oskar·Romans jeunesse

Je suis boloss, mais je me soigne

Tous les matins, Clément est accueilli au collège avec un coup derrière les oreilles et une insulte de la part de Jordan. Clément n’est pas très grand, porte des lunettes et est passionné par l’informatique et l’électronique. Tout cela lui vaut de faire partie de la catégorie « boloss » et d’être martyrisé chaque jour que Dieu fait. Son amie Noémie n’est pas en reste. Elle, serait trop grosse pour être populaire et de toute façon ses cheveux ne conviennent pas aux autres élèves. Alors, après une dernière manigance de la part de la classe, Clément décide de se venger. Son plan implique les réseaux sociaux. Il le met à exécution sans réellement penser aux conséquences que pourraient avoir ses actes.

La popularité, les moqueries, la violence – physique ou psychologique, le respect, l’identité, la sincérité, l’écoute et l’amitié sont mis en avant dans Je suis boloss, mais je me soigne. Arthur Ténor mélange des choses qui ont toujours existé, des paroles universelles et véritables à des éléments on ne peut plus dans l’air du temps pour faire comprendre aux lecteurs d’aujourd’hui à quel point il est important pour un être humain de savoir qui il est dans la vie, d’avoir conscience de quels sont ses points faibles et ses points forts. Cela lui permettra de sauvegarder son identité et surtout de la rendre résistante, invincible face aux épreuves de l’existence comme ici, le harcèlement. Plutôt que de faire des bêtises ! Les messages de l’auteur sont forts et sincères, le texte est court, efficace et plein d’espoir. C’est tout ce qu’une histoire comme celle-ci demande, c’est tout ce qui ravit le lecteur. Sans compter sur la présence d’Antoine Vachet, professeur de français déjà rencontré dans Un prof en enfer.

je-suis-boloss-mais-je-me-soigne

Présentation de l’éditeur :
Quand on est petit à lunettes, timide et un peu geek, on est tout de suite catalogué « boloss ». Clément, 14 ans, en sait quelque chose ; Insultes débiles et petites tapes derrière la tête sont le lot quotidien de son calvaire. Avec son amie Noémie, petite grosse aux cheveux châtain-moche, ils ont même été élus le couple le plus boloss par Léa et Jordan, ceux qui ont le swag. Mais Clément en a assez et décide de prendre sa réputation en main. Pour devenir l’anti-boloss, il sait qu’il peut compter sur les réseaux sociaux. Il va en user, en abuser, en négligeant gravement leurs dangers, et il pourrait bien le payer au prix fort…

Arthur Ténor sur ce blog

Oskar éditeur

Advertisements

6 réflexions au sujet de « Je suis boloss, mais je me soigne »

  1. Bonjour Pauline!
    Arthur Ténor est un auteur que j’apprécie beaucoup, justement parce qu’il sait aborder des sujets sensibles, toujours de façon juste et constructive. Je n’ai pas encore lu celui-ci, ta chronique me donne très envie de le découvrir! Je te souhaite une bonne journée!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s