Romans jeunesse

Proxima du centaure

Wilco est fasciné par l’une de ses camarades de classe. Il ne connaît pas son prénom alors il l’appelle Apothéose « parce qu’il n’y a aucun prénom logique à lui mettre sur le visage ». Apothéose passe quotidiennement devant la fenêtre du garçon. Un jour, alors qu’il veut l’observer correctement, il se penche tellement qu’il tombe, de très haut – lui peut dire qu’il est littéralement tombé amoureux –, et se réveille l’hôpital, incapable de bouger ou de prononcer quelques mots à ceux se trouvent ou gravitent autour de lui : ses parents, sa sœur, son meilleur ami, les médecins. À tous ceux qui évoque la thèse du suicide et du peu de temps qu’il lui reste. Comme s’il n’était pas là. Wilco, les observe pourtant, raconte ce qu’ils font durant le temps qu’ils passent dans sa chambre, raconte qui ils sont. Il pense aussi à celle qu’il aime et qui, peut-être, fait tout pour venir jusqu’à lui.

Proxima du centaure est un roman original, beau mais peu harmonieux dans sa qualité. Claire Castillon offre à ses lecteurs un texte dérangeant à cause des vérités qu’il expose, des évidences tues mais incroyablement présentes. Un texte émouvant par le désespoir qu’il met en avant et par son évidente poésie. Le réel et l’imagination se mêlent ou, du moins, l’existence de certaines scènes peut être remise en doute. Car Wilco donne l’impression de se promener entre les mondes en attendant l’inéluctable. La crédibilité de certains événements interroge tout de même clairement : pourquoi, par exemple, ne pas informer la grand-mère de Wilco de ce qui est arrivé alors que le pronostic semble posé dès le début ? Quelque tentative de communication avec lui semble avoir été oubliée également. Ignorée ? Pourquoi ? Apparemment, c’est la façon dont l’histoire est racontée qui prime ici. C’est vrai qu’elle fait ressentir de fortes émotions et qu’il y a de beaux moments.

Présentation de l’éditeur :
« Je l’appelle Apothéose parce qu’il n’y a aucun prénom logique à lui mettre sur le visage. Je la klaxonnerai avec ma tête jusqu’à ce qu’elle se retourne. Un jour elle me dira son vrai prénom, à l’oreille, elle le prononcera avec le souffle. Son souffle réveillerait un mort. En attendant, de là où je me trouve, je kiffe à fond dès que je pense à elle. » Tous les matins, Wilco regarde Apothéose passer sous sa fenêtre. Jusqu’à ce qu’un jour, il se penche tellement qu’il tombe.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Proxima du centaure »

    1. Je pense que finalement j’en suis ressortie mitigée. Je dois reconnaître que c’est un bon roman même si certaines choses m’ont gênée. Je le recommande à des plus jeunes qui veulent tenter un bon style littéraire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s