Arthur Ténor·C'est lundi, je dépoussière...·Romans jeunesse

C’est lundi, je dépoussière… Né maudit

C'est Lundi, je dépoussière..

Chaque lundi, Entre Les Pages vous propose un ancien article dont le texte et la mise en page ont été rafraîchis. De belles redécouvertes au programme ! Aujourd’hui, place à…

Né maudit d’Arthur Ténor

François était la honte de la famille avant même qu’il naisse car il est le fruit d’une relation furtive entre une jeune française et un allemand pendant l’occupation. Et donc forcément porteur des gênes nazis, symbole du mal qualifié d’indicible. Si seulement son secret n’avait pas été connu de ses camarades de classe… Si seulement le professeur n’avait pas enseigné à ses élèves qu’il était «normal de détester des Boches»… Une enfance traumatisante aurait sûrement pu être épargnée à ce champion olympique d’escrime qui décide de conter son histoire. Elle commence par un entretien avec sa mère qu’il rencontre pour la première fois à l’âge adulte, se nourrit d’émotions et de haine en se remémorant de tristes années et explore jusqu’à la fin, ces choses cruelles qui ont «des explications, mais pas d’excuse

Dur dans les faits mais tout en retenue pour laisser place à une certaine curiosité du lecteur, Né maudit, inspiré à l’auteur par un vrai témoignage, sait donc, via l’histoire d’un petit garçon qui n’a pas demandé à naître mais qui a du porter la colère d’êtres décimés par l’incompréhension et la rage, sensibiliser les âmes qui n’ont pas connu ce genre de discrimination mais qui ne doivent pas non plus les ignorer. Solitude, colère, peur et espoir se lient pour nourrir ce récit très habile, aussi oppressant et libérateur. Un roman plus que touchant et essentiel qu’Arthur Ténor a écrit avec amour et sincérité.

Né maudit Né maudit 01

« En suivant sur mon écran de télévision le témoignage de cet homme, né en 1943, que sa grand-mère enfermait dans le poulailler, que les villageois venaient voir comme un animal curieux, que ses petits camarades montraient du doigts en le traitant de « fils de Boche », j’ai d’abord éprouvé cette morsure au cœur qui suscite colère et révolte, comme si j’étais moi-même blessé »
                                                                                                                                Arthur Ténor

Présentation de l’éditeur :
Né en mai
1944, François est le fruit de l’amour éphémère d’une jeune française et d’un officier allemand pendant l’Occupation. Abandonné par sa mère, il est confié à une famille d’accueil où il reçoit affection et attention. Jusqu’à ce qu’il en soit arraché par une grand-mère aigrie, qui l’humilie, le punit pour un rien, lui faisant payer la honte de ses origines… Car François est un « fils de Boche« , un enfant né maudit, un de ces innocents châtiés au seul motif qu’on ne leur pardonne pas d’être ce qu’ils sont : des enfants de la guerre.

Arthur Ténor sur ce blog
Les livres sur les Guerres mondiales

Featherduster

Publicités

11 réflexions au sujet de « C’est lundi, je dépoussière… Né maudit »

  1. Sympa ce rendez-vous ! Si tu me le permets j’aimerais beaucoup le reprendre de temps à autres sur mon blog ça pourrait être sympa (bien sur je mettrais ton blog en référence 🙂 ) ?
    Sinon, j’aime beaucoup Arthur Tenor c’est un auteur à rencontrer 🙂 Je ne connaissais pas ce livre je vais donc de ce pas le rajouter dans ma wish 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s