Partenariats·Partenariats Héloïse d'Ormesson·Romans français

Pleurer des rivières

Julien est avocat. Brillant qui plus est. Il sait donc ce qu’il encourt s’il transgresse la loi, quoi qu’il fasse. Il est marié à Séverine, auteure à succès de livres pour enfants. Mais des enfants, eux, n’en ont pas. Cela ne marche pas. Même après avoir tout essayé. Et la quarantaine est en train de s’installer confortablement. Un jour, Julien défend Franck, un gitan irréprochable qui a exceptionnellement accepté d’aider un ami. Il faut que seul coup illégal dans lequel il se lance tourne mal ! Le ferrailleur, lui, a pour épouse l’adorable et forte Mériem qui, à 28 ans, a déjà eu sept enfants et attend le huitième. Un jour, Julien et Franck se retrouvent face à une proposition inattendue de la part de ces femmes qui n’étaient pas censées se rencontrer. Peuvent-ils accepter un tel arrangement ?

Pleurer des rivières est le premier roman d’Alain Jaspard, réalisateur. Un fait divers a été la source de son inspiration pour écrire cette histoire amorale mais débordante d’humanité qui ne peut laisser le lecteur indifférent. Il a choisi pour elle un style d’écriture parlé. Le rythme de lecture est rapide et percutant. Dès la première page, cela tourbillonne et il faut absolument continuer pour savoir ce qui va arriver aux personnages. Le pari de la prise au piège est d’emblée réussi. Prise au piège des sentiments et de la réflexion également. Les deux univers qui se rencontrent ici changent les regards et font s’interroger profondément. Sur les désirs, les besoins de l’être humain, sur la loi, sur l’honnêteté, sur les principes, sur le bonheur, sur la liberté. Entre humour et fortes émotions, au cœur de situations réalistes, l’ouvrage publié aux éditions Heloïse d’Ormesson est beau, bon, fort, bouleversant, de ceux qui surprennent, qui marquent, de ceux qui ouvrent un peu plus les yeux.

Présentation de l’éditeur :
Enfreindre la loi peut se révéler fatal. Julien, brillant avocat, le sait mieux que personne. Pourtant, lorsqu’il parvient à obtenir la relaxe de son client, Franck, un Gitan d’Argenteuil, il n’imagine pas que leurs épouses respectives vont les entraîner dans une folle aventure. Pour les deux jeunes femmes, complices inattendues, une seule question se pose : quand on fait le bien, où est le mal ? Pleurer des rivières donne voix et chair à ceux que l’on n’entend plus, remisés à l’écart des consciences. Sans misérabilisme, ce roman rythmé, incisif, explore les clivages qui défigurent la société. Loin de s’engouffrer dans une dénonciation au vitriol, Alain Jaspard éclaire les multiples visages de la détresse et porte sur les êtres un regard plein d’indulgence.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Pleurer des rivières »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s