Romans jeunesse

Le cercueil à roulettes

Gabriel ne veut pas que sa mère soit enterrée auprès de son père auquel il a beaucoup de choses à reprocher. Alors, un beau matin, armé d’un vieux kart de son enfance qu’il a retapé et optimisé pour l’occasion, l’adolescent sort le cercueil de la terre, le cache dans la boîte et part sur les routes. Où se rend-il ? Sait-il où il va laisser reposer le corps de sa mère ? Non. Pas encore. Mais quand l’endroit sera le bon, il le saura. Sur le bois de la caisse, Gabriel écrit le nom de toutes les personnes qu’il croise. La plupart d’entre elles l’aide. Qu’il s’agisse d’un fermier, d’une femme en fin de vie, d’un enfant ou d’un prêtre. Une église, un restaurant, un garage, toutes sortes de lieux lui permettent de faire des escales, de se reposer, de prendre parfois contact avec les siens qui s’inquiètent pour lui. Jusqu’au lieu et à l’ami ultimes.

Le cercueil à roulettes fait partie de la collection ici/maintenant des éditions Casterman. Celle-ci veut mettre en avant des textes « qui regardent le monde en face » et pour lesquels les auteurs sont sortis de leurs sentiers battus. L’histoire écrite par Alexandre Chardin a en effet un petit goût de « lecture pas comme les autres » (que tout le monde ne voudrait peut-être pas écrire ni lire). Bien écrite, fluide et attrapant régulièrement le lecteur par les tripes, elle pourrait déranger. Mais quelle initiation ! Si les étapes sont classiques, elles sont sublimées par le point de départ, original, il faut en convenir, et ses conséquences tout au long du récit. Tous les personnages rencontrés ont une consistance à savourer. Gabriel est un personnage très attachant, qu’il aille jusqu’au bout de sa quête est rapidement très important. Son parcours est captivant, drôle, tendre, émouvant. Étrangement, il n’est jamais impossible. Toujours logique, évident. Il permet de penser aux relations mère-fils, est une vraie réflexion sur le deuil et toutes ses étapes. Il est aussi ici question de pardon. Une lecture soleil malgré les apparences, pleine de charme et d’humanité.

Présentation de l’éditeur :
Gabriel a pris la route un matin, sans parents pour le retenir. Il marche seul et, à son passage, on s’interroge. Qui est cet adolescent vagabond ? Que cache-t-il dans son étrange caisse à roulette, plus grande que lui ? De fermes en villages, de villages en forêts, de bitumes des départementales aux courants de la Loire… un pas après l’autre, Gabriel poursuit une quête insensée dont il garde le secret. Mais sans qu’il l’ait prévu, ce sont les rencontres qui vont finalement le guider.

3 réflexions au sujet de « Le cercueil à roulettes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s