Nickel Boys

Au début des années 2010, un projet immobilier force l’exhumation de corps dans le cimetière clandestin de l’ancienne Nickel Academy. C’est là qu’étaient enterrés ceux qui avaient qui avaient été torturés avant qu’on les fasse disparaître, qu’on explique vaguement qu’ils avaient fait leur temps ou qu’ils s’étaient enfuis. Parce qu’ils avaient mal répondu, voulu obtenir de l’aide ou tenté de s’échapper.

Dans les années 60, Elwood Curtis s’apprête à entrer à l’université quand il est arrêté et envoyé dans la maison de correction. Parce qu’on a cru le Blanc. Dans cet endroit, Elwood subit des sévices et ne peut plus étudier. Il se lie d’amitié avec Turner. Ce dernier lui permet de participer aux travaux que les jeunes pensionnaires réalisent en dehors de l’établissement. 

L’un des deux hommes ne perdra jamais espoir
et cherchera toujours un moyen de sortir de là.

Après Underground Railroad, qui a apporté sa notoriété à Colson Whitehead et lui a permis de remporter un premier prix Pulitzer, Nickel Boys est un deuxième roman sur la violence raciale aux États-Unis. Il est inspiré de faits réels et ne contient pas d’élément fantastique.

Grâce à Nickel Boys, l’auteur a remporté son deuxième prix Pulitzer, exceptionnel ! 

Avec Nickel Boys, Colson Whitehead prouve de nouveau qu’il excelle autant dans la maîtrise du fond que dans celle de la forme. Le sujet aurait pu, par exemple, se prêter à des scènes insoutenables. Mais l’auteur sait toujours offrir juste ce qu’il faut au lecteur pour qu’il comprenne, soit touché et captivé aussi. L’économie de mots est de toute façon une des caractéristiques de l’ouvrage. Une décision motivée par la fin ? Car il faut dire qu’elle est inattendue, brillamment exécutée, et qu’elle ne permet pas beaucoup d’écart dans tout ce qui précède. Une envie de raconter autrement ? Le texte n’en est pas moins fort ni important, c’est bien le contraire à  plusieurs reprises. Colson Whitehead est l’un des héritiers directs de Toni Morrison, et il a encore frappé  !

Présentation de l’éditeur :
Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à cœur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l’université pour y faire de brillantes études, il voit s’évanouir ses rêves d’avenir lorsque, à la suite d’une erreur judiciaire, on l’envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s’engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu’il s’agit en réalité d’un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d’amitié. Mais l’idéalisme de l’un et le scepticisme de l’autre auront des conséquences déchirantes.


2 réflexions sur “Nickel Boys

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s