Marcel Pagnol·Romans français

Le Temps des amours

Le temps des amours est le dernier tome des Souvenirs d’enfance et fut publié de manière posthume. Marcel Pagnol n’a pas eu le temps de finaliser cet ouvrage et désirait même refondre totalement Le temps des secrets et Le temps des amours. Cela, l’éditeur, Bernard de Fallois, l’explique dans la postface. Il parle aussi de la genèse des Souvenirs d’enfance, des notes et textes retrouvés.

Ces dernières pages sont bien utiles au lecteur pour vraiment apprécier ce recueil que Pagnol n’a pu organiser comme il le voulait. Il ne faut donc pas forcément attendre la fin pour s’y plonger.

Dans la postface, il est aussi question d’un autre sujet qui  fascinait Marcel Pagnol : le mystère de l’Homme au masque de fer.

« Quand on fait ce qui vous plait,  ça vaut la peine de risquer quelque chose. »

En effet, entre les nouvelles aventures vécues au lycée, les caricatures des professeurs pendues au plafond et le premiers amour de Lagneau, il y a aussi un peu de vacances, une partie de chasse, un concours de pétanque mémorable et, surtout, le texte Les Pestiférés qui s’inspire de l’épisode de la Peste de Marseille au début du dix-huitième siècle. Tout au long de ce neuvième chapitre, aussi passionnant soit-il, il n’est absolument pas question de la famille Pagnol. Quand les mots reviennent vers Marcel et les siens, c’est tout plein de rencontres, d’étonnement, de jeunesse, de malice, d’amitié, d’émotion. Marcel y découvre la poésie, apprend beaucoup en trichant un peu, se sacrifie, comme on s’est sacrifié pour lui, pour qu’un ami ne soit pas sévèrement puni par son père. Le lecteur sait qu’il ne vivra pas d’autres nouveaux moments avec lui. Cet ultime épisode des Souvenirs d’enfance a une saveur toute particulière du début à la fin, dans son fond, dans sa forme, dans sa création, dans ce qu’il aurait dû être. Il se lit le cœur intéressé et amusé, bien sûr, mais un peu serré aussi.

« Quand on ne sait pas grand chose, on est toujours cruel pour ceux qui savent encore moins… »

« La modestie ne vient qu’avec l’âge, quand elle vient… »

Les chapitres de la partie de chasse, du concours de pétanque ou encore des caricatures des professeurs apparaissent dans la BD Le temps des secrets de manière à laisser la place à la rencontre avec Isabelle Cassignol dans la BD du Temps des amours (la BD Le temps des secrets). Aucun enregistrement de ces textes n’a été retrouvé.


Présentation de l’éditeur :
L’année  de cinquième ; la découverte de la « vocation » poétique ; Lagneau, le cancre héroïque, et encore et toujours Lili, qui, en compagnie de Marcel, soutient Joseph lors d’une partie de boules d’anthologie… Annoncé comme « à paraître » dès la sortie du Temps des secrets, Le Temps des amours (1977) sera différé par un Pagnol pris par d’autres projets et qui, peut-être, retardait le moment de quitter les héros de son enfance. Personne n’y croyait plus lorsque, trois ans après la mort de l’écrivain, ses proches trouvèrent dans ses dossiers un certain nombre de chapitres achevés qui, mis bout à bout, constituaient ce Temps des amours si longtemps attendu. Plus hétéroclite que les trois premiers, ce quatrième volume contient pourtant certaines des plus belles pages de Pagnol, notamment une histoire de la peste à Marseille à laquelle l’écrivain tenait particulièrement.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le Temps des amours »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s