D’or et d’oreillers

La nouvelle est tombée ! Lord Handerson cherche une épouse. Mrs Barrett s’empresse de le raconter à Mrs Watkins. Cette dernière a trois filles en âge de se marier. Seul hic, Adrian demande aux jeunes femmes qu’il reçoit de passer une nuit au château. Qu’à cela ne tienne, si l’issue est une union qui mène à Blenkinsop Castle, Margaret, May et Maria doivent se rendre au château ! Elles sont accompagnées de Sadima, leur domestique. Lord Handerson lui dit qu’elle aussi peut passer le test. 

Le test consiste à dormir sur un lit d’une hauteur vertigineuse. 
C’est le lendemain matin, au petit déjeuner, que le verdict tombe.  

Sadima n’est pas une princesse, elle n’est pas non plus aussi fragile et innocente que les jeunes filles dont elle s’occupe. Elle est courageuse, indépendante, forte, déterminée et n’hésite pas à partir à la découverte de son corps dans les profondeurs de la nuit et de sa couche. Sadima est la première à réussir le premier test. Ensuite, elle est rapidement mise devant ce fait : la sorcellerie imprègne le château. Elle constate aussi qu’Adrian s’affaiblit dès qu’il s’éloigne de sa demeure…

Après De Cape et de Mots et L’Estrange Malaventure de Mirella,
Flore Vesco invoque une nouvelle héroïne détonante et libre.

D’Or et D’Oreillers est une réécriture du conte La princesse au petit pois. Elle commence comme un roman de Jane Austen. Devient ensuite un ouvrage sensuel. Puis une belle histoire d’amour. Elle est emplie de magie, d’action et d’humour.

Flore Vesco, dont l’imagination est décidément à toute épreuve, joue encore et toujours avec la langue (au sens figuré comme au sens littéral !). L’aventure contient beaucoup d’images et de poésie. Elle est tantôt aérienne, tantôt musclée et périlleuse. Des références à d’autres contes se glissent entre les lignes. Surprenant, entraînant et savoureux.

Présentation de l’éditeur :
C’est un lit vertigineux, sur lequel on a empilé une dizaine de matelas. Il trône au centre de la chambre qui accueille les prétendantes de Lord Handerson. Le riche héritier a conçu un test pour choisir au mieux sa  future épouse. Chaque candidate est invitée à passer une nuit à Blenkinsop Castle, seule, dans ce lit d’une hauteur invraisemblable. Pour l’heure, les prétendantes, toutes filles de bonne famille, ont été renvoyées chez elles au petit matin, sans aucune explication. Mais voici que Lord Handerson propose à Sadima de passer l’épreuve. Robuste et vaillante, simple femme de chambre, Sadima n’a pourtant rien d’une princesse au petit pois ! Et c’est tant mieux, car nous ne sommes pas dans un conte de fées mais dans une histoire d’amour et de sorcellerie où l’on apprend ce que les jeunes filles font en secret, la nuit, dans leur lit…

De Flore Vesco :


4 réflexions sur “D’or et d’oreillers

    1. Coucou Céline !
      Je n’avais pas vu que ton commentaire attendait une approbation.
      Je n’ai pas eu le temps de bloguer.
      Merci ! Je pense que tu aimeras les autres romans. Ils sont tous différents et passionnants.
      Bisous

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s