Anne-Sophie Silvestre·Partenariats Oskar·Romans jeunesse

Ma gare d’Austerlitz

Merci aux
éditions Oskar!

Georges est gravement malade. Obligé de rester à l’hôpital de la Salpêtrière, il entend tous les jours les entrées et sorties des trains en gare d’Austerlitz. Il reconnaît également les voix de ses amis qu’il s’est fait là-bas en s’échappant régulièrement de sa chambre. Quel bonheur d’entendre Jean-Charles lui parler de la grotte de Coubérac, de ses merveilles qu’il voudrait tant voir ! C’est pourquoi, un jour où il a miraculeusement réussi à échapper à la surveillante générale, il décide de monter, enfin, dans l’un de ces trains qui chaque jour l’appellent.

Pour parler d’un sujet aussi délicat que la maladie chez les jeunes, Anne-Sophie Silvestre a choisi le train comme symbole de l’existence. Faite de nombreuses étapes, d’aiguillages inattendus, d’images du monde qui défilent en générant tant de pensées, elle est également emplie d’opportunités à saisir. Elle peut aussi être longue, très longue et il ne faut en aucun cas se limiter à quelques unes des expériences qu’elle offre. Il faut se battre coûte que coûte pour la vie, surtout quand on a 15 ans.

Ma gare d’Austerlitz est un roman initiatique qui montre que vivre peut être insoutenable. Qu’il faut de la force pour outrepasser le poids de certaines conditions et ne pas le laisser étouffer l’être jusqu’à un aboutissement trop facile. Ce roman apporte du courage et de la motivation avec finesse, douceur et émotion. Le ciel est toujours là après la lecture, certes, mais il n’est plus le même.

Ma gare d'austerlitz
Présentation de l’éditeur :
Quand on a 15 ans et qu’on affronte une maladie grave, comme Georges, on se retrouve coincé à l’hôpital. Et quand cet hôpital est la Salpêtrière, à Paris, on a la gare d’Austerlitz pour voisine de chambre. Tlaa-ta-da da… En voie 17, arrivée du train en provenance de Port-Bou, Port-la-Nouvelle… Tous ces voyages, ces trains qui arrivent et s’en vont, ça n’est pas drôle quand on n’a pas le droit de partir. Cela peut même devenir lancinant. Jusqu’au jour où notre héros décide de se faire la malle, de sauter dans un train qui part. Mais qu’y a-t-il au bout de ces rails?

Oskar éditeur

Logo Challenge ASSilvestre

***

Ces romans pourraient vous plaire :

Amies à vie Ton amie pour la vie
Le chant du troll Nos étoiles contraires
Mon coeur qui bat si fort Ne t'inquiète pas pour moi

Publicités

6 réflexions au sujet de « Ma gare d’Austerlitz »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s